Les restaurateurs cherchent la parade face aux clients qui ne se présentent pas à leur réservation

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Pour lutter contre le "no show", phénomène fréquent où un client ne vient pas à la table qu'il a réservé, les restaurateurs s'organisent.

C'est la bête noire des restaurateurs : le no-show peut avoir un impact important et néfaste sur leur chiffre d'affaires. Pour faire face à ce phénomène, de plus en plus récurrent, où un client ne se présente pas au restaurant dans lequel il a réservé, des solutions ont été trouvées.

Yoann Grégory, le patron du restaurant yam'Tcha, situé dans le 1er arrondissement de Paris, estime ses pertes à 15 % de son chiffre d'affaire simplement à cause du "no show". "L'an passé entre le 1er mai et le 25 juillet, on a 85 couverts qui ne se sont pas présentés", déplore-t-il au micro d'Europe 1.

Pour lutter contre ce fléau, le restaurant asiatique a opté pour un système de réservation avec empreinte bancaire obligatoire. Les clients doivent enregistrer leur carte de crédit sur le site du restaurant et s'ils ne viennent pas, ils sont débités du prix d'un menu par personne, un système qui se révèle plutôt efficace : "Depuis cette mise en place en novembre 2018, on a eu encore quelques 'no show', mais c'est devenu beaucoup plus rare. Une vingtaine seulement. Quand on attaque le porte-monnaie, les gens sont beaucoup plus vigilants."

Un algorithme pour prévenir les restaurateurs des "clients à risque"

Pour aider les restaurateurs, Xavier Zeitoun, déjà fondateur d'un logiciel de réservation en ligne, a aussi créé un algorithme qui détecte les clients habitués au "no show" : "Cela permet de donner une indication au restaurateur qu'un client peut être à risques. Il y a plusieurs facteurs pour que cela fonctionne : ce doit être soit quelqu'un qui a déjà fait beaucoup de "no show", soit un client qui a réservé dans plusieurs endroits le même jour."

Là aussi, c'est efficace : les dix restaurateurs qui ont testé cet outil affichent un taux de "no show" inférieur à 1%.