Le déficit commercial de la France s'est creusé à 59,9 milliards d'euros en 2018

, modifié à
  • A
  • A
La balance des paiements, qui comprend les échanges des services, enregistre pour sa part un déficit de 16,8 milliards d'euros en 2018. Photo d'illustration.
La balance des paiements, qui comprend les échanges des services, enregistre pour sa part un déficit de 16,8 milliards d'euros en 2018. Photo d'illustration. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Selon des données des douanes dévoilées jeudi, le déficit commercial français s'est aggravé en 2018 en passant à 59,9 milliards d'euros. 

Le déficit commercial de la France s'est creusé de 2,1 milliards d'euros à 59,9 milliards en 2018 en raison de la remontée des cours du pétrole, ont rapporté jeudi les douanes.

La balance des paiements dans le rouge. Les exportations françaises qui "s'accroissent pour la quasi-totalité des produits" ont augmenté de 3,8%, après 4,5% de croissance en 2017, et les importations ont crû de 3,9%, après un bond de 6,8% en 2017. La balance des paiements, qui comprend les échanges des services, enregistre pour sa part un déficit de 16,8 milliards d'euros en 2018, contre 13,1 milliards en 2017, a rapporté de son côté la Banque de France.

Le déficit énergétique est passé l'an dernier à 46 milliards d'euros, soit une dégradation de 6,7 milliards par rapport à 2017, ont précisé les douanes.

Surtout dans la production manufacturière. Plus de la moitié du déficit commercial reste toutefois concentré sur la production manufacturière, même si celui-ci s'est réduit à 33,3 milliards d'euros, après 35,7 milliards en 2017, en raison d'un meilleur solde dans l'aéronautique, et dans une moindre mesure, dans l'informatique et la pharmacie.

"Forte dégradation" dans l'automobile. Mais l'équilibre des échanges du secteur automobile a subi une "forte dégradation", selon les douanes, ainsi que dans ceux des machines industrielles et agricoles et des produits métallurgiques. Les exportations de véhicules ont pourtant fortement progressé (+7,9%), notamment vers les marchés allemand et espagnol, mais les achats de voitures à l'étranger également (+7,1%) tandis que les importations d'équipements automobiles ont également crû de façon importante (+9,9%).