"La 5G ne sera pas le prétexte à une augmentation de prix artificielle", promet Stéphane Richard

, modifié à
  • A
  • A
Stéphane richard orange 4:08
© EUROPE 1
Partagez sur :
Le PDG d'Orange a dit lundi sur Europe 1 son soutien à la mise en place de la 5G. Stéphane Richard assure que sa motivation n'est pas financière, au moins à court terme, et que son déploiement ne sera pas l'occasion pour les opérateurs d'augmenter les prix pour les utilisateurs. 
INTERVIEW

La 5G est actuellement au cœur du débat, en France. D’un côté, le gouvernement veut accélérer sa mise en place sur le territoire, de l’autre des opposants, écologistes en tête, réclament un moratoire, arguant d’une éventuelle dangerosité de cette nouvelle technologie de la téléphonie mobile. Quoi qu’il en soit, les opérateurs se préparent activement, notamment parce que les enchères pour l'attribution des fréquences démarrent le 29 septembre. Stéphane Richard, PDG d'orange, a tenu a faire passer un message à destination des utilisateurs, lundi sur Europe 1. "La 5G ne sera pas le prétexte à une augmentation de prix", a juré le patron de l'un des leaders mondiaux du secteur. 

A l'appui de son affirmation, le PDG d'Orange a déployé deux arguments. "Il faut laisser aux opérateurs, et à la concurrence qui fait rage dans notre secteur, le soin de faire des offres qui plairont au public", a-t-il d'abord déclaré. "Et puis la 5G, ça va permettre d’avoir des quantités de datas, de données, dans des plans beaucoup plus larges, et pour toute une série d’usages. On pourra faire les choses beaucoup plus facilement", a encore argué Stéphane Richard. 

"Il n’est pas dans notre intérêt à nous opérateurs à court terme de faire la 5G. ça va nous coûter très cher"

Pour autant, a-t-il juré, la 5G n'est pas forcément une bonne affaire financière pour son entreprise. En tout cas pas tout de suite. "La question n’est pas notre intérêt à nous, opérateurs. C’est une petite musique que j’entends. Il n’y a pas de lobby des opérateurs pour pousser la 5G. Il n’est pas dans notre intérêt, à nous opérateurs, à court terme de faire la 5G. Ca va nous coûter très cher", a expliqué Stéphane Richard. "On va nous demander de faire un gros chèque pour acheter des fréquences. Ensuite, il y a un investissement important qui va être fait. A la limite, on continuerait la 4G, qui est une technologie rôdée, ce serait mieux pour nous."

Et pourtant, Orange est bien évidemment candidat à obtenir des fréquences. "On s’est engagé dans la 5G parce qu’on pense que c’est utile socialement et que c’est même d’ailleurs une nécessité pour énormément d’utilisateurs, grand public et entreprises", a affirmé Stéphane Richard. "Si on a les fréquences, on va tout faire pour, on va démarrer le déploiement physique très vite et donc on sera en mesure de proposer des offres 5G avant la fin de l’année certainement, avec de nouveaux terminaux, de nouveaux téléphones, et on en a déjà une gamme assez large."