Emplois à domicile : comment passer au prélèvement à la source ?

  • A
  • A
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
La réforme du prélèvement à la source touchera le 1er janvier l'impôt sur le revenu des emplois à domicile, ce qui nécessite quelques démarches Urssaf assez simples pour les employeurs. Que vous passiez par Cesu ou Pajemploi, en ligne ou en papier, voici les quelques étapes à suivre pour être en règle.

Du nouveau au 1er janvier du côté des emplois à domicile. Le prélèvement à la source ayant été décalé à 2020, il rentre en vigueur mercredi pour ces professions et s'accompagne de quelques démarches pour ceux qui salarient une baby-sitter, une femme de ménage ou un jardiner. C'est très simple et cela peut même faciliter la vie.

Ceux qui emploient quelqu'un chez eux auront sûrement déjà remarqué que les sites Cesu ou Pajemploi, sur lesquels il faut effectuer ses déclarations, sont désormais dotés d'espaces "plus" : Cesu + et Pajemploi+. Il n'y a plus qu'à cliquer dessus et attendre que votre salarié rentre ses coordonnées bancaires sur son compte Cesu ou Pajemploi. S'il n'a pas encore de compte, il lui faudra en créer un, en suivant les informations inscrites sur sa fiche paie. 

En ligne ou en papier

Une fois cette première étape passée, l'Urssaf s'occupe de tout. Vous déclarez comme d'habitude le nombre d'heures et l'Urssaf verse directement le salaire amputé de l'impôt sur le revenu, de votre compte au compte en banque de votre salarié. Fini le chèque à laisser sur la table à la fin du mois. 

Et si le salarié refuse de rentrer ses coordonnées bancaires sur Internet ? Il en a tout à fait le droit. À ce moment-là, l'Urssaf vous indiquera quel montant d'impôt sur le revenu vous devez déduire du salaire, puis cet impôt sera prélevé sur votre compte en même temps que les charges.

Enfin, si comme 300.000 personnes, vous continuez à déclarer votre salarié en version papier, vous avez dû recevoir un document avec un numéro de téléphone qui vous permet d'obtenir le montant à déduire.

Europe 1
Par Carole Ferry, édité par Théo Mercadier