Electricité : hausse des tarifs de 5,9% au 1er juin, les associations mécontentes

  • A
  • A
Les associations de consommateurs dénoncent une hausse "injuste" des tarifs réglementés de l'électricité.
Les associations de consommateurs dénoncent une hausse "injuste" des tarifs réglementés de l'électricité. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :
Les tarifs réglementés de l'électricité devront bien augmenter de 5,9% au 1er juin après avoir été gelés pendant l'hiver. Cette hausse est dénoncée comme "injuste" et trop brusque par les associations de consommateurs.

Les tarifs réglementés de l'électricité doivent augmenter de 5,9% au 1er juin, selon un document du gouvernement consulté mercredi par l'AFP. Le gouvernement a soumis mardi au Conseil supérieur de l'énergie (CSE) un projet de décision sur les tarifs réglementés de vente (TRV) vendus par EDF à environ 25 millions de foyers actuellement.

Suspense limité pour cette décision

Ils doivent augmenter "à compter du 1er juin 2019", indique le texte. Cette date a aussi été confirmée mercredi par une source gouvernementale. La hausse de 5,9% avait été proposée par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) en février. Le 1er juin correspond à "la date limite permise par la délibération de la CRE" pour son application, explique le document soumis au CSE.

Le suspense était limité : le gouvernement avait indiqué il a des semaines que cette augmentation aurait bien lieu. EDF avait aussi confirmé mardi s'attendre à une hausse "en juin". "En 2018, les prix de gros de l'électricité ont notablement augmenté en France, comme dans toute l'Europe, du fait de l'augmentation des prix des combustibles et du carbone", fait valoir le gouvernement dans le document.

Une hausse "beaucoup trop importante" selon les associations

Les associations de consommateurs CLCV et UFC Que Choisir veulent pour leur part saisir le Conseil d'État pour demander l'annulation de leur hausse prévue en juin, "beaucoup trop importante", a par ailleurs indiqué mercredi la CLCV. "Une telle augmentation est injuste pour les consommateurs. Injuste car elle n'est pas destinée à couvrir l'augmentation des coûts de fourniture d'EDF, mais à aider les opérateurs alternatifs en grande difficulté financière à rester compétitifs", estime-t-elle.