Découvrez des images exclusives du premier TGV américain, construit par Alstom

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le groupe français Alstom est en train de construire ce qui est présenté comme le premier TGV américain, qui sera propriété du groupe Amtrak. La compagnie ferroviaire américaine prévoit une mise en service de 28 rames qui devront relier Boston et Washington à partir de 2021. Europe 1 vous en dévoile les dernières images.

Fabriqué aux États-Unis, il a bien été imaginé en France, par un groupe français : Alstom. Le futur train à grande vitesse devant relier Boston et Washington à partir de 2021, présenté comme ce qui devrait être le tout premier TGV du continent américain, prend forme, comme le rappelait le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, mardi matin sur Europe 1. La compagnie ferroviaire américaine Amtrak a commandé 28 rames de ces trains, baptisés "Avelia Liberty", pour la Côte est des États-Unis. Lundi, la première rame a quitté Hornell, dans l'État du New York, en direction du centre de tests à Pueblo, dans le Colorado, pour neuf mois d’essais. Europe 1 vous révèle les toutes dernières images du futur train, prises lundi.

Nez TGV OK

Les essais qui se dérouleront à Pueblo porteront sur le pantographe (ce qui permet au train de capter l'électricité), la dynamique ferroviaire, l'inclinaison, la traction, la protection contre le glissement et le dérapage, les freins et les systèmes de gestion du contrôle du train, indique Alstom. "Une fois les essais terminés, la rame retournera à Hornell pour l'installation de ses intérieurs", poursuit le groupe, contacté par Europe 1. 

Corps TGV OK

© Copyright Alstom

Ces trains nouvelle génération vont relier Boston et Washington, la capitale fédérale, via New York et Philadelphie, couvrant une distance de 730 kilomètres. Le nouveau train devrait pouvoir rouler, à terme, jusqu'à 300 km/h. On est encore loin du record de 574 km/h battu en 2007 dans l'Est de la France, et même de la vitesse moyenne de 320km/h enregistrée dans l'Hexagone.

Mais il s'agit tout de même d'un pas supplémentaire pour les États-Unis, où la rame la plus rapide, celle qui circule actuellement entre Washington et Boston, peine à atteindre les 240 km/h aujourd'hui, et sur seulement 55 kilomètres.

Corps TGV OK 2

© Copyright Alstom

Pour l'heure, les États-Unis, où la voiture et l'avion sont rois, n'ont en effet toujours pas de ligne à grande vitesse. La Californie, qui devait se doter d'une ligne entre Los Angeles et San Francisco, avait abandonné le projet il y a un an. Un autre projet est en cours au Texas. La compagnie ferroviaire espagnole Renfe a en effet annoncé jeudi 20 février un accord à 6 milliards de dollars avec la société Texas Central pour développer une ligne ferroviaire. Dans un communiqué du ministère espagnol des Transport, dont dépend l'opérateur, Renfe précise que le contrat, qui a fait l'objet d'un pré-accord, pour aider Texas central à développer et opérer cette ligne entre Houston et Dallas courra jusqu'en 2042. La compagnie italienne Salvini sera chargée de construire la ligne de 386 kilomètres qui devrait être prête d'ici 2026, ajoute le communiqué.