Consigne des bouteilles en plastique : le projet de loi est-il en train de tomber à l'eau ?

, modifié à
  • A
  • A
Consigne bouteille
Le milieu associatif essaie de son côté de convaincre le gouvernement de ne pas laisser retomber l'engouement des citoyens pour la consigne. (photo d'illustration) © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Partagez sur :
Après le refus du Sénat, celui des maires, et les annonces du gouvernement qui envisage désormais une mise en place repoussée à l'horizon 2023, le projet de loi sur le recyclage des bouteilles plastiques a subi de nombreuses transformations. Au point de pouvoir dire qu'il est mort-né ?
ON DÉCRYPTE

Après le rejet du Sénat fin septembre, et la proposition du gouvernement de mener des "expérimentations" dans les territoires "volontaires" pour une mise en place à l'horizon 2023, peut-on dire que le projet de loi sur la consigne des bouteilles en plastique est en train de finir à l'eau ? Retour sur les pérégrinations d'un projet de loi qui est loin de faire l'unanimité. 

Le coup d'arrêt du Sénat, et des maires

Depuis sa présentation en conseil des ministres en juillet dernier, le texte a bien évolué. Pourtant, la première mouture du projet de loi était claire : payer quelques centimes de plus une bouteille d'eau pour ensuite se faire rembourser la différence quand on la rapporte dans un conteneur sur le parking du supermarché. Mais ce sont les sénateurs qui ont été les premiers à dégainer en préférant promouvoir la consigne des bouteilles en verre, au lieu de recycler du plastique. 

Une mesure qui a obligé Brune Poirson, la secrétaire d'État à la Transition écologique, à proposer un compromis avec une consigne mixte dont le recyclage du plastique permettrait de financer la consigne des bouteilles en verre, comme dans les années 1970. Mais cette fois-ci, ce sont les maires qui ont fait barrage : ils estiment qu'ils ont suffisamment donné sur le sujet avec l'instauration du système des poubelles jaunes, et s'engagent à atteindre l'objectif de 90% de bouteilles en plastique collectées en 2029 sans aide du gouvernement. 

L'inquiétude des associations

Deux importants refus qui obligent le gouvernement à revoir sa copie et inquiètent le milieu associatif qui essaye de le convaincre de ne pas laisser retomber l'engouement des citoyens pour la consigne. "On est assez inquiets de ce qui va se passer maintenant", confie au micro d'Europe 1 Laura Châtel, chargée de campagne de l'association Zero Waste. "Notre grande attente par rapport à cette loi était que ça allait permettre de redévelopper la consigne sur les bouteilles en verre, celle que l'on connaissait traditionnellement et qui permet de réutiliser, laver et remplir de nouveau la bouteille."

Mais avec ces revers, la chargée de campagne se demande surtout si "les députés vont inscrire dans la loi des objectifs contraignants pour les entreprises, et ainsi les obliger à commercialiser un certain nombre de produits dans des bouteilles en verre réutilisables". Car selon elle, "le consommateur a envie de revoir dans les rayons des commerces et supermarchés des bouteilles en verre consignées, donc ça nous paraît difficile d'attendre plusieurs années avant que cela se redéveloppe."

Le projet de loi saura-t-il répondre aux attentes des maires, des associations, du Sénat, mais surtout des Français ? Pour le savoir, il faut attendre le lundi 9 décembre prochain, date à laquelle il va être étudié en séance publique à l'Assemblée nationale. 

Europe 1
Par Virginie Salmen, édité par Ugo Pascolo