Commerce : Juncker dit ne pas être "excessivement optimiste" avant ses pourparlers avec Trump

, modifié à
  • A
  • A
Le président de la Commission européenne doit s'entretenir mercredi avec Donald Trump afin d'éviter une guerre commerciale.
Le président de la Commission européenne doit s'entretenir mercredi avec Donald Trump afin d'éviter une guerre commerciale. © PATRICK HERTZOG / AFP
Partagez sur :
Avant ses négociations prévues mercredi avec le président américain, Jean-Claude Juncker s'est dit pessimiste dans un entretien accordé à la chaîne ZDF. 

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker a indiqué à la chaîne allemande ZDF  ne pas être "excessivement optimiste" avant ses négociations mercredi avec le président américain Donald Trump pour éviter une guerre commerciale.

L'UE prête à des mesures de rétorsion. "Nous signifions clairement que nous ne sommes pas les ennemis des Etats-Unis, nous avons un passé commun qu'on ne doit pas oublier. (Mais) je ne suis pas excessivement optimiste", a-t-il dit, selon une retranscription d'un entretien accordé à ZDF diffusée dans la nuit de mardi à mercredi, affirmant que l'UE est prête à des mesures de rétorsions si Donald Trump devait décider de droits de douanes supplémentaires pour les automobiles européennes. "Si on en arrive à des droits de douanes (américains) sur l'automobile (européenne), alors l'UE devra prendre des mesures de rétorsions (...) nous sommes en mesure de répondre de manière adéquate et immédiate", a-t-il mis en garde.

Une aide aux agriculteurs européens qui vient jeter de l'huile sur le feu. Autre preuve des turbulences liées au bras de fer engagé par le président américain : son administration vient d'annoncer une aide d'urgence de 12 milliards de dollars destinée aux agriculteurs touchés par les représailles aux tarifs douaniers décrétés par Washington visant la Chine, l'Union européenne ou encore le Canada. Dans ce contexte, la rencontre entre le magnat de l'immobilier, à la Maison Blanche depuis 18 mois, et le Luxembourgeois, à la tête de la Commission européenne depuis 2014, s'annonce particulièrement délicate.