Chantiers de l'Atlantique : commande de 2 milliards d'euros pour deux paquebots

, modifié à
  • A
  • A
L'armateur italo-suisse MSC a passé une commande aux Chantiers de l'Atlantique pour deux nouveaux paquebots.
L'armateur italo-suisse MSC a passé une commande aux Chantiers de l'Atlantique pour deux nouveaux paquebots. © AFP
Partagez sur :
L'Elysée a annoncé dimanche une commande de deux paquebots, pour deux milliards d'euros, passée par l'armateur italo-suisse MSC aux Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire. 

L'armateur italo-suisse MSC a passé une commande de 2 milliards d'euros aux Chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire pour deux nouveaux paquebots, livrables en 2025 et 2027 et propulsés au GNL (gaz naturel liquéfié), a annoncé dimanche l'Elysée. Cette commande ferme s'accompagne de la signature de deux protocoles d'accord avec les chantiers navals, portant potentiellement sur 4 milliards d'euros d'investissements supplémentaires, a précisé l'exécutif, en amont du sommet "Choose France" lundi à Versailles. Afin de continuer à convaincre que la France est attractive malgré les mouvements sociaux en cours, Emmanuel Macron a convié près de 200 patrons français et étrangers sous les ors du château, pour la 3e édition de ce sommet, et à la veille du Forum économique mondial de Davos.

Selon l'Elysée, la construction à Saint-Nazaire des deux nouveaux paquebots de 6.700 passagers chacun va générer "14 millions d'heures de travail, correspondant à 2.400 emplois pendant trois ans et demi". L'accord prévoit également le développement d'une nouvelle classe de paquebots au GNL ainsi que celui d'un nouveau prototype de bateaux propulsés pour partie à la voile, intégrant de fait les "meilleures innovations en matière environnementale", le secteur de la croisière étant régulièrement accusé de polluer massivement.

Coca-Cola va investir massivement en France

Parmi les autres annonces dans le cadre de "Choose France" figure la décision de Coca-Cola et de son embouteilleur d'investir un milliard d'euros sur cinq ans, dont la moitié pour renforcer leur réseau de production et de distribution, et l'autre pour développer et introduire des produits sur le marché français. 

En outre, le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca va investir 207 millions d'euros sur cinq ans pour le développement de son usine de Dunkerque, où Emmanuel Macron est attendu lundi. Le groupe va aussi consacrer au moins 248 millions d'euros supplémentaires à des partenariats avec la recherche française, et implanter à Paris son centre européen de l'innovation, investissant ainsi encore 13 millions d'euros. Au total, les annonces de dimanche soir concernent près de 4 milliards d'euros d'investissements fermes.