À quoi va ressembler la "révolution" de Renault pour se relancer ?

, modifié à
  • A
  • A
Renault veut renouer avec les succès commerciaux (photo d'illustration). 5:00
Renault veut renouer avec les succès commerciaux (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Le nouveau directeur général de Renault, Luca de Meo, présente jeudi matin son plan stratégique baptisé "Renaulution", qui ambitionne de tourner définitivement la page Carlos Ghosn et de relancer le groupe, grâce à une stratégie de clarification par marque. 
DÉCRYPTAGE

Le nouveau directeur de Renault, Luca de Meo, a promis une "Renaulution". Mercredi matin, il présente les détails de ce plan stratégique, qui vise à renouer avec les succès commerciaux et définitivement tourner la page Carlos Ghosn. Le tout dans un contexte de régression du marché automobile, et alors qu'un plan d'économies de plus de 2 milliards d'euros a été annoncé par le groupe l'an dernier. Europe 1 fait le point sur ce que l'on sait de cette "révolution". 

"Réorganiser l'entreprise par marques"

Luca de Meo l'a déjà annoncé il y a quelques semaines : il faut s'attendre à une stratégie de clarification, pour plus de cohérence et plus de rentabilité. "L'idée c'est de pouvoir sortir un véhicule en trois ans plutôt qu'en cinq ans, donc ça passe par de la simplification", explique à Europe 1 Arnaud Aymé, spécialiste automobile au cabinet Sia Partners. 

"Concrètement Luca de Meo est en train de réorganiser l'entreprise par marque", poursuit le spécialiste. "Une équipe Renault, une équipe Dacia, une équipe Alpine, une équipe sur les nouveaux services qu'on appelle Mobilize, pour être plus réactifs et pour aller plus vite dans la sortie de nouveaux produits et services." C'est la fin de la course aux volumes de l'époque Carlos Ghosn. La "révolution" de Renault peut se résumer en une formule "vendre moins mais vendre mieux". 

"Et puis, il y a aussi l'idée de vendre pas seulement des voitures mais aussi du service, c'est-à-dire que tout au long de la vie du véhicule, on va chercher à vendre des abonnements, des prestations et ça, c'est permis notamment par les véhicules connectés", ajoute Arnaud Aymé. Cette diversification des ressources sera un axe majeur de la nouvelle stratégie de Renault : elle doit représenter, à terme, près de 30% du chiffre d'affaires. 

Un directeur attendu au tournant

Il y aura  aussi une accélération vers l'électrique. Certes, la ZOE se vend bien, c'est la voiture électrique numéro un en Europe en 2020. Mais elle est un peu seule… pour l'instant. La Twingo 100% électrique vient d'arriver, il y aura bientôt une Mégane ainsi qu'un modèle Dacia Spring, qui doit être le moins cher du marché. Renault va également renforcer la marque Alpine, 100% sport. Et puis, Renault va relancer des modèles iconiques, avec le retour de la R5 et de la 4L, en version 100% électrique ! On parle de "concept cars", plus là pour faire rêver, travailler sur l'imaginaire de la marque. Elles ne seront pas en concessions dans les mois qui viennent. 

En tous cas, Luca de Meo devra vite obtenir des résultats. Car s'il a plutôt séduit en interne jusque là - ses réussites chez Fiat ou Seat plaident en sa faveur - le contexte est rendu très incertain par la crise sanitaire : l'an dernier les ventes de Renault ont chuté de 21%. 

Europe 1
Par Aurélien Fleurot, édité par Margaux Lannuzel