"Une voix qui réchauffe dans un monde froid" : Brassens raconté par lui-même

  • A
  • A
3:15
© AFP
Partagez sur :
Le réalisateur Philippe Kohly consacre à Georges Brassens un documentaire diffusé vendredi sur France 3, pour lequel il a rassemblé une suite d'archives méconnues. "On pense souvent que Brassens est un ours silencieux, mais il aimait se raconter", affirme-t-il au micro d'Europe 1. 

"On pense souvent que Brassens est un ours silencieux, mais il aimait se raconter." Dans son documentaire Brassens par Brassens, diffusé vendredi soir sur France 3, Philippe Kholy rend hommage à l'un des plus grands noms de la chanson française. Et pour cela, il a donné la parole au chanteur lui-même. 

"Le portrait d’un homme est essentiellement dans sa voix. La voix c’est l’âme, beaucoup plus que le regard ou que le visage", explique Phillipe Kohly au micro d'Europe 1, dans Culture-Média. Le réalisateur, qui avait déjà consacré des films à Jacques Brel, Jean Ferrat et Edith Piaf, rassemble cette fois une suite d'archives jusqu'ici méconnues, suite d'apparitions publiques, et d'entretiens avec Brassens. "Il a une voix qui réchauffe, dans un monde froid", sourit le réalisateur. 

"Il faut que mes chansons aient l’air d’être parlées"

Une voix émouvante, et des propos parfois surprenants. "Il faut que mes chansons aient l’air d’être parlées, que ce qui m’entendent pensent que je ne sais pas chanter, que je fais des petites musiquettes faciles. Il ne faut pas qu’au moyen d’artifices musicaux, je détourne l’attention du texte", explique par exemple Georges Brassens, pourtant musicien accompli. 

"Brassens est plein de contradictions personnelles : il a aussi dit que ce qui comptait au départ c’est la musique. Et il aimait justement les musiquettes, celles de Tino Rossi par exemple, que chantaient sa mère", précise Philippe Kohly.

"Je t'admire beaucoup", lui glisse Johnny

Le documentaire revient, avec l'actrice Sandrine Kiberlain en voix off, sur certains moment de la vie du chanteur. Son arrestation à Sète pour vol quand il était adolescent, le STO pendant la seconde guerre mondiale... et même une interview croisée avec certain Johnny Hallyday. "Je t'admire beaucoup", lui glisse le tout jeune yéyé...

Brassens par Brassens, à voir vendredi 17 avril à 21 heures sur France 3

Europe 1
Par Laetitia Drevet