Télévision : comment Thierry Frémont s'est préparé pour incarner le tueur Francis Heaulme

  • A
  • A
Thierry Frémont avait incarné Francis Heaulme pour un téléfilm.
Thierry Frémont avait incarné Francis Heaulme pour un téléfilm. © VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :
Invité samedi d'"Il n'y a pas qu'une vie dans la vie", le comédien Thierry Frémont est revenu sur son interprétation de Francis Heaulme, dans un téléfilm diffusé en 2004, et sur le long travail de préparation qu'il s'était imposé. 
INTERVIEW

Impressionnante, sa prestation lui avait valu à l'époque un International Emmy Award. En 2004, l'acteur français Thierry Frémont avait incarné le tueur en série Francis Heaulme dans le téléfilm Dans la peau du tueur, directement adapté du livre éponyme de l'enquêteur Jean-François Abgrall. Et pour se préparer à ce rôle difficile, le comédien s'était infligé une préparation minutieuse mais éprouvante, qu'il a racontée samedi dans Il n'y a pas qu'une vie dans la vie, sur Europe 1. 

"Préparer ce rôle, c'était comme un chemin dans la misère sociale, la misère intellectuelle, la misère humaine", se souvient-il au micro d'Isabelle Morizet. "C'était lourd, le cheminement pour atteindre le personnage." 

"Il fallait que j'anime son rictus par l'angoisse"

Avant le tournage, Thierry Frémont avait notamment tapissé les murs de son appartement de photos du tueur. Aujourd'hui, il évoque notamment deux aspects importants du travail de préparation. Le premier, physique. Francis Heaulme "a un physique tellement particulier que je voulais me rapprocher au plus près de ce qu'il évoque quand on le regarde", explique l'acteur. "Je ne serai jamais lui. Mais j'essaie de me rapprocher le plus possible."

Et Thierry Frémont d'évoquer la personnalité complexe du personnage. "J'avais compris, en creusant dans sa vie avec tous les renseignements qu'avait pu me donner Jean-François Abgrall, que c'était quelqu'un qui avait longtemps souffert (...) qui avait lui-même eu peur très longtemps, qui prenait des raclées par son père, était rejeté à l'école, etc. J'ai donc compris qu'il ne fallait pas juste que je plaque une tête de fou, ça ne voulait rien dire. Il fallait que j'anime son rictus par l'angoisse." 

"Il a fallu rentrer dans sa tête"

Après ce premier travail, "il a fallu rentrer dans sa tête", se souvient encore l'acteur, et il a pour cela beaucoup lu le livre écrit par Jean-François Abgrall. Ce dernier, précise Thierry Frémont "m'a vraiment épaulé. Il m'a expliqué comment, à son avis, pouvait réagir Francis Heaulme dans telle ou telle situation".

Europe 1
Par Antoine Terrel