Ses derniers livres, ses projets : les confidences littéraires de Leïla Slimani

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L’écrivaine Leïla Slimani a publié cette année un roman, "Le pays des autres", ainsi qu’une bande dessinée en collaboration avec Clément Oubrerie, intitulée "A mains nues". Elle a également abordé au micro de Michel Denisot son futur livre, un essai sur une nuit passée dans un musée, à paraître en janvier.
INTERVIEW

A même pas 40 ans, Leïla Slimani est déjà l’une des stars de la littérature française. L’autrice, lauréate du prix Goncourt pour Chanson douce en 2016, s’est confiée sur son actualité, samedi dans l’émission Icônes sur Europe 1. Au micro de Michel Denisot, elle est revenue sur ses deux ouvrages parus cette année, ainsi que sur ses projets futurs, notamment son nouveau livre à paraître en janvier prochain.

Le pays des autres, un roman inspiré de son histoire familiale

En mars dernier, Leïla Slimani a sorti Le pays des autres, le premier tome d’une trilogie familiale. Dans cet ouvrage, l’écrivaine retrace l’histoire de Mathilde, une jeune Alsacienne qui s’éprend d’un soldat marocain venu combattre pour l’armée française à la fin de la Seconde guerre mondiale, en 1944. Un récit directement inspiré de ses grands-parents. "Ma grand-mère, qui s'appelait Anne, était une icône. Mathilde est née des souvenirs de ma grand-mère et aussi de mon imagination", a assuré Leïla Slimani. "Il y a toujours quand même plus d'admiration dans le réel que dans la fiction. J'ai de l'amour pour mes personnages mais de l'admiration pour les vrais gens."

A mains nues, une BD en hommage à Suzanne Noël, pionnière de la chirurgie esthétique

Au mois de novembre, l’autrice a collaboré avec le dessinateur Clément Oubrerie pour la bande dessinée A mains nues, qui plonge le lecteur à la découverte de Suzanne Noël. Cette médecin et féministe, au destin exceptionnel, a été l’une des pionnières de la chirurgie esthétique en aidant les "gueules cassés", ces soldats défigurés à vie lors de la Première guerre mondiale.

"C'est une femme tout à fait anticonformiste, une femme en avance sur son époque et en même temps profondément de son époque. C’est une femme qui sent qu'elle a un destin à accomplir et qui donc va d'une certaine façon imposer à tous ceux qui l'entourent sa vocation, la médecine, et plus particulièrement la chirurgie", raconte Leïla Slimani.

"A cette époque, c’était très subversif. Si on acceptait l'idée que les femmes puissent à la limite soigner les enfants et les personnes âgées, l'idée qu'elles puissent ouvrir un corps n'était en revanche absolument pas acceptable. Suzanne Noël a été l’une des fondatrices de la chirurgie esthétique en France et dans le monde. Je suis presque tombée amoureuse d’elle, de son destin romanesque et de sa force", lui a rendu hommage l’écrivaine.   

Un essai à paraître en janvier sur une nuit passée à être enfermée… dans un musée !

Leïla Slimani a également confié ses projets pour le futur. Elle sortira un livre en janvier prochain, sur une nuit qu’elle a passée dans un musée. "Je vais sortir un essai chez Stock sur une nuit que j'ai passée enfermée dans un musée et qui a suscité chez moi des réflexions sur l'enfermement, sur la littérature. Mais aussi sur mon père et l'expérience de la prison qu'il a vécue et la façon dont je l'ai moi-même vécue", détaille-t-elle. "J'étais enfermée à Venise, à la Punta della Dogana, "la pointe de la douane", qui est un musée splendide. J'étais seule et j'ai pu déambuler dans le musée toute la nuit, toute seule, et parler avec les fantômes et avec les œuvres qui étaient autour de moi", relate-t-elle.

Leïla Slimani va désormais s’atteler à l’écriture de la suite de sa trilogie débutée avec Le pays des autres. "Je me plonge dans les années 1960. Il y aura un peu plus de rock, un peu plus de jazz que dans le premier", promet-elle.