Philippe Manoeuvre : "Avec ma voiturette sans permis, je ne peux pas dépasser 50 km/h, je suis hyper heureux !”

  • A
  • A
Philippe Manoeuvre ne peut dépasser les 50 km/h avec sa voiture sans permis. 1:33
Philippe Manoeuvre ne peut dépasser les 50 km/h avec sa voiture sans permis. © JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Le critique musical rock Philippe Manoeuvre était l’invité inattendu de Matthieu Belliard jeudi matin. Limitation à 80 ou 90 km/h sur les routes ? Peu importe pour cet adepte de la voiture sans permis. 

Alors que dans sa loi mobilités, le gouvernement autorise les départements à déroger à la limitation de vitesse à 80 km/h, Philippe Manoeuvre, invité inattendu de Matthieu Belliard dans la matinale, s’en préoccupe peu. Le journaliste rock ne peut dépasser les 50 km/h avec sa voiture sans permis. 

"J’ai pas le permis de conduire. J’ai jamais eu le temps de le passer. Je suis arrivé à Paris, j’étais hyper jeune. J’avais 17-18 ans. J’ai pris le métro, le bus. Et puis j’ai pris les taxis. Quand j’allais voir les Rolling Stones, très gentiment ils me payaient des taxis pour que je sois à l’heure", se remémore l'ex-rédacteur en chef de Rock & Folk. 

Il raconte : "Je me suis retrouvé à 60 ans, allant m’installer dans la campagne française à côté du Vexin, entre Gisors et Beauvais. Et je me suis retrouvé dans un petit village. Je suis à dix kilomètres de tout. Et j’ai eu l’idée de la voiture sans permis."

"Dans ma région, dans l’Oise, il y a plein de routes où il y a même pas un panneau"

Et une voiture électrique qui plus est. "Je fais beaucoup de vélo dans ma campagne et quand je suis doublé par une voiture diesel, il y a cette odeur abominable qu’il y a à Paris, qui nous pollue notre capitale magnifique", regrette le critique musical. 

Alors, que la limitation de vitesse soit fixée à 80 ou 90, cela n’a pas d’importance. "Dans ma région, dans l’Oise, il y a plein de routes où il y a même pas un panneau. On sait même pas quelle est la limite. On fait ce qu’on veut. Vous savez dans la campagne française, les gens s’en fichent un peu de tout ça. Moi je peux pas dépasser 50, je suis hyper heureux", raconte Philippe Manoeuvre pour qui l’important c’est de faire le trajet avec de la bonne musique comme Eight Days on the Road de Foghat.