Patrick Pelloux raconte les derniers jours des grands hommes

, modifié à
  • A
  • A
Patrick Pelloux médecin 1:55
Patrick Pelloux était l'invité de Matthieu Noël dans L'équipée sauvage, le lundi 2 décembre 2019. © Europe 1
Partagez sur :
Invité de l'émission de Matthieu Noël lundi, le médecin et écrivain Patrick Pelloux est venu présenter son livre "Mieux vous mourir debout que vivre à genoux. Les derniers jours des grands hommes", une collection de petites enquêtes sur la mort d'hommes célèbres. 
INTERVIEW

Deuxième round pour Patrick Pelloux. Le médecin urgentiste et écrivain sort Mieux vous mourir debout que vivre à genoux. Les derniers jours des grands hommes, aux éditions Robert Laffont, suite de son premier tome intitulé On ne meurt qu'une fois, et c'est pour si longtemps !, sorti en 2013. Pour l'émission L'équipée sauvage lundi après-midi, il a accepté de livrer quelques anecdotes. 

Mahomet serait mort de la tuberculose

Pour ce livre feel-good - bien qu'il parle de mort -, Patrick Pelloux a dû travailler avec acharnement. "J'avais commencé en 2013, puis avec l'attentat de Charlie, j'ai arrêté pendant deux ans", explique celui qui a tenu une chronique dans Charlie Hebdo jusqu'en 2015.   Comme un clin d'oeil au journal satirique qui avait fait polémique avec ses caricatures de Mahomet, Patrick Pelloux débute son nouveau livre par la mort du prophète. "Je n'ai pas hésité ! J'avais commencé le premier tome par la mort de Jésus", note-t-il. 

Et raconter les derniers jours de Mahomet, mort en 632, s'est avéré plutôt compliqué : "Ca a été un sacré boulot. Les données ? Il n'y en a pas. Il faut entrer dans la lecture du Coran et les interprétations des théologiens", explique l'écrivain. "Il a fallu se débarrasser des théories d'assassinat et d'empoisonnement par une femme juive. J'ai pris référence auprès de toxicologues pour connaître les poisons qui existaient à l'époque, mais aucun ne collait avec l'histoire. Le plus vraisemblable est qu'il soit mort de la tuberculose." 

"Louis de Funès aurait fait son infarctus aujourd'hui, il aurait tourné pendant encore au moins 40 ans !"

Pour des personnalités décédées plus récemment, le travail s'est révélé moins fastidieux. Ainsi, pour connaître les derniers instants de Louis de Funès, mort en 1983 et qui était cardiaque, le médecin a pu compter sur l'aide d'Olivier et Patrick de Funès, les fils de l'acteur. 

"Louis de Funès aurait fait son infarctus aujourd'hui, il aurait tourné pendant encore au moins 40 ans ! A l'époque, on les soignait comme on pouvait et c'était en fait avec des complications qui étaient épouvantables", raconte Patrick Pelloux, qui ajoute avec humour : "C'est un livre qui vous rend optimiste sur le fait de vivre en 2019 !"

Louis XVIII, un roi mort de trop manger

Le médecin urgentiste s'est aussi intéressé à la mort de deux rois de France. L'un qui mangeait trop, l'autre qui ne se protégeait pas assez. Dans son livre, Patrick Pelloux a ajouté le menu de Louis XVIII (1755-1824). "Il mangeait tout, du gras double, des pâtés… Il commençait à manger assez tôt et il finissait assez tard. Il passait une bonne journée de repas". A tel point que Louis XVIII est mort "des conséquences de la suralimentation". 

Quant à François Ier (1494-1547), il attrapait tout ce qui passait. "A l'époque, ils ne connaissaient pas les conséquences de toutes ces infections. C'était très empirique. Ils faisaient des saignées, ils ne savaient pas trop, donc ça affaiblissait le malade", constate l'écrivain. Et d'ajouter : "Quand François Ier a commencé à avoir des fistules, ils ne savaient pas trop comment les soigner. Et il a été cautérisé au fer rouge !" Une anecdote qui conduit Patrick Pelloux à penser que, finalement, "en évitant tous ces traitements un peu empiriques, ceux qui n'avaient pas de pouvoir étaient peut-être mieux protégés que le roi".

Europe 1
Par Céline Brégand