Nouvel album de Johnny Hallyday : nos quatre chansons coup de coeur

  • A
  • A
Partagez sur :
Europe 1 a pu écouter en avant-première "Mon pays c'est l'amour", qui sort vendredi. Un album posthume très rock duquel se dégagent quatre chansons. 

Le grand jour approche. Dix mois après la mort de Johnny Hallyday sort vendredi Mon pays c'est l'amour, le 51e album de l'"Idole des jeunes". La journaliste d'Europe 1 a pu écouter en avant-première cet album posthume composé de dix titres et un interlude qui sera disponible à 800.000 exemplaires. Un opus très rock, brut, très épuré avec des guitares profondes, comme le décrit notre journaliste, qui a établi ses quatre coups de coeur. 

 

"J'en parlerai au diable"

Voilà une chanson qui, tout de suite, nous donne le frisson. C'est un titre crépusculaire mais teinté d'humour sur le rock épuré et puissant de Maxim Nucci, alias Yodélice, et la voix forte et profonde de Johnny, sorte de pied de nez à la mort.

"J'en parlerai au diable si l'heure vient à sonner,

De m'asseoir à sa table et dire ma vérité"

"Made in Rock n'Roll"

Comme l'annonce le titre de la chanson, le rythme est forcément très rock n'roll, avec une très grande énergie de Johnny.

"C'est pas le temps qui va user ma carcasse,

Le temps se lassera bien avant moi,

C'est écrit sur ma peau,

Je suis made in rock n'roll"

"4m2"

C'est une chanson sur le monde de la prison, avec le rock sombre de Yodélice, qui donne une tonalité dramatique à l'oeuvre.

"Ce foutu bruit de clé donne envie de tuer,

4m2 et des poussières, c'est la dimension de l'enfer,

J'ai des désirs d'alcool,

Descente en sous-sol"

"Back In LA"

Un titre très rock aussi, écrit par Miossec. C'est une belle chanson d'amour sur fond d'Amérique aux tonalités country, avec l'espoir que la femme aimée revienne.

"Depuis que tu es partie, je ne vois plus le soleil,

De toute façon j'ai pas sommeil,

Mais qu'est ce qui t'a pris tout d'un coup de vouloir autre chose que nous ?

C'est ici que je t'aime,

C'est ici que je t'attends,

I want you back in LA"

Europe 1
Par Diane Shenouda, édité par Benoist Pasteau