Le maire de Bastia élu président de la Collectivité territoriale de Corse

, modifié à
  • A
  • A
Les nationalistes corses Marie Antoinette Maupertuis, Jean Guy Talamoni, Jean Christophe Angelini et Gilles Simeoni, dimanche.
Les nationalistes corses Marie Antoinette Maupertuis, Jean Guy Talamoni, Jean Christophe Angelini et Gilles Simeoni, dimanche. © POCHARD CASABIANCA / AFP
Partagez sur :
Un tonnerre d'applaudissements a accueilli l'annonce de l'élection du dirigeant nationaliste.

Gilles Simeoni, 48 ans, a été élu président de la Collectivité territoriale de Corse, le mini-gouvernement de la Corse. Il a obtenu 24 voix nationalistes sur 51. Un tonnerre d'applaudissements a accueilli l'annonce de son élection. Des dizaines de nationalistes massés dans les tribunes ont scandé "Liberta" en agitant des drapeaux corses à tête de Maure. 

Premier maire nationaliste d'une grande ville corse depuis 2014, Gilles Simeoni qui conduisait la liste nationaliste "Per a Corsica" aux élections régionales, est un militant passionné prônant le dialogue, l'ouverture et le consensus.

Libérer les prisonnier. Un peu plus tôt, Jean-Guy Talamoni avait été chaleureusement acclamé par la même assemblée pour son élection de président de l'Assemblée de Corse. Tout juste élu, il a réclamé la libération des prisonniers "politiques" corses.

Les nouveaux dirigeants, tous deux avocats à Bastia, incarnent le renouveau du nationalisme dans l'île, défendant depuis des décennies la culture, la langue, le patrimoine et les droits politiques et économiques des insulaires.