"Le festival de Cannes aura lieu" : Thierry Frémaux précise le calendrier 2021

  • A
  • A
thierry fremaux 0:59
Thierry Frémaux publie "Judoka" © Europe 1
Partagez sur :
Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes et directeur de l'Institut Lumière de Lyon, publie le livre "Judoka". Invité à cette occasion de l'émission "Culture Médias", il confirme que le festival international de cinéma de Cannes devrait bel et bien avoir lieu cette année, après son annulation en 2020 à cause du Covid-19.
INTERVIEW

Le Covid-19 avait eu raison de son édition 2020. Le festival de Cannes reviendra bien en 2021. Invité de Culture Médias pour son livre Judoka, Thierry Frémaux confirme sa volonté de maintenir de la compétition internationale de films. Le délégué général du festival de Cannes, et directeur de l'Institut Lumière de Lyon, précise la date à laquelle devrait se tenir le festival, habituellement organisé sur la Croisette en plein cœur du mois de mai.

La "rumeur" de l'automne 2021

Dès la fin du mois de janvier de cette année, Thierry Frémaux avait annoncé que l'édition 2021 n'aurait pas lieu en mai, mais en juillet. "Ce n'est pas vraiment un report", précise le délégué général du festival. "Nous avons décidé de faire Cannes début juillet, du 6 au 17 juillet. Il y a d'ailleurs une rumeur comme quoi on irait à l'automne. Non."

Et en effet, le doute persistait quant à la date de tenue du festival de Cannes 2021, après que Thierry Frémaux a évoqué auprès du Figaro l'éventualité de faire le festival à l'automne. "J'ai dit que c'était si la situation se détériore", nuance Thierry Frémaux.

"On est pris parfois pour des gens un peu inconscients"

Mais pour le délégué général du festival du Cannes, ce plan B est très loin d'être d'actualité. "On l'a dit, parce que si on ne le fait pas, si on ne met pas des 'si', on est pris parfois pour des gens un peu inconscients", précise-t-il. "Cannes aura lieu. On sent ça assez bien."

Thierry Frémaux rappelle donc que sa confiance pour l'échéance de juillet ne fait pas fi de "beaucoup de prudence, de respect et de compréhension" imposées par la crise sanitaire. "On sent quand même que ça bouge un petit peu du côté des musées, des théâtres et des cinémas", observe-t-il, comptant aussi sur "l'arrivée des vaccins et des beaux jours."

Europe 1
Par Alexis Patri