Jaune trompette et rouge violon : "écoutez" les toiles de Kandinsky grâce à une application

  • A
  • A
L'oeuvre "Jaune rouge bleu" de l'artiste russe Kandisky. 1:20
L'oeuvre "Jaune rouge bleu" de l'artiste russe Kandisky. © BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :
Une application inventée par le Centre Pompidou et Google Arts et Culture permet de s'immiscer dans l'esprit du peintre russe Vassily Kandinsky. En cliquant sur les couleurs de ses toiles, les sons qu'il y associait se mettent à résonner : de la trompette pour le jaune, du violon pour le rouge, et ainsi de suite...

Quand on effleure le triangle jaune, un son de trompette semble s’échapper du tableau. Une pression sur le rouge, et c'est un morceau de violon. Et si vous pouviez écouter un tableau ? C'est ce que propose le centre Pompidou grâce à la nouvelle application "Play with Kandinsky". L'artiste russe avait pour habitude de peindre ses tableaux en musique, sur Debussy ou sur du jazz, associant un son à chaque couleur. Une vision que veut recréer l'application. 

"Kandinsky associait chaque couleurs à un son et une émotion"

"Kandinsky voyait la couleur jaune comme le son d’une trompette, la couleur bleue comme le son d’un orgue, le rouge comme celui d’un violon. Et à chacune de ces couleurs était aussi associée une émotion. Au jaune, une émotion impertinente, effrontée. Au rouge, une émotion plus agitée. Au bleu, quelque chose d’un peu céleste, de surnaturel. C’est une entrée dans l’esprit de Kandinsky", explique Pierre Caessa, responsable des partenariats pour Google Arts et Culture, qui a participé à cette création. 

Pour élaborer l’application, les ingénieurs ont fait appel à l’intelligence artificielle et à deux musiciens. "Ils ont réinterprété, avec des synthétiseurs et des boîtes à rythme, ce que Kandinsky entendait, mais avec des instruments d’aujourd’hui", précise Pierre Caessa. Vous pourrez même composer votre propre musique en cliquant sur plusieurs triangles à la fois, avec à la clef une joyeuse cacophonie. 

Europe 1
Par Diane Shenouda, édité par Laetitia Drevet