"Une transe" : Jane Birkin raconte son travail avec Étienne Daho pour son nouvel album

, modifié à
  • A
  • A
Jane Birkin était l'invitée de "Musique!" lundi 31 août.
Jane Birkin était l'invitée de "Musique!" lundi 31 août. © XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :
Invitée de l'émission d'Émilie Mazoyer "Musique!", Jane Birkin sort le 20 novembre "Oh ! Pardon tu dormais...", son nouvel album. Elle nous raconte comment elle l'a créé avec Étienne Daho, après avoir fait patienter le chanteur pendant presque 20 ans.
INTERVIEW

Un projet qui réunit Jane Birkin et Étienne Daho, c'est l'extase assuré pour de nombreux fans de rock, de pop, et de chanson française. Bonne nouvelle, le duo publie en novembre prochain Oh ! Pardon tu dormais..., le nouvel album de l'icône anglaise. La chanteuse en signe tous les textes, alors que son camarade de jeu s'est occupé des arrangements et d'une partie de la composition. Jane Birkin explique cette excitante collaboration au micro d'Émilie Mazoyer.

20 ans d'attente pour Daho

Le titre de ce nouvel album fait référence à une scène que Jane Birkin a vécu, et qu'elle imagine universelle. "Tu te réveilles vers 2h-3h du matin et tu as besoin d'être rassurée, et que la personne qui dort paisiblement à tes côtés te dise tout ce que tu veux entendre", se remémore-t-elle. "À cette heure-là, tu deviens une sorte de terroriste de l'état amoureux". 

Mais "Oh ! Pardon tu dormais..." reprend surtout le titre d'un film réalisé par la chanteuse en 1992, où jouent Jacques Perrin et Christine Boisson. Le long-métrage est ensuite devenu une pièce de théâtre. "Qui arrivait en sortie de scène ?", questionne Jane Birkin. "Étienne Daho. Une fois, deux fois, peut-être trois fois. Et il m'a dit 'Pourquoi on ne fait pas un disque sur ce thème ?'. Il me l'a demandé assez souvent." Le chanteur aura finalement dû patienter jusqu'en 2020 pour voir son rêve exaucé.

Cette collaboration a finalement été une évidence, selon la chanteuse. "Il m'a comprise si parfaitement, si complètement", dit-elle au sujet de la figure des jeunes gens modernes. "Nos angoisses semblaient être les mêmes. Nos hystéries également. Il a complètement compris où je voulais aller, et il m'a poussé encore plus loin. Tout s'est passé comme dans une transe."

Un premier extrait de Oh ! Pardon tu dormais... est déjà disponible. Il s'agit de la chanson Les Jeux Interdits. Une chanson qui fait elle aussi référence à un souvenir, celui de jeux de vacances de ses filles enterrant des cadavres de petits animaux, et à un film, celui de René Clément sorti en 1952.

Europe 1
Par Alexis Patri