ENQUÊTE - À qui profitent les œuvres posthumes de Johnny Hallyday ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Quelques semaines avant le deuxième anniversaire de sa mort, Johnny Hallyday fait déjà la Une de l'actualité. Nouvel album, livre sur sa carrière, spectacle hommage, "l'idole des jeunes" est partout. 
ENQUÊTE

Deux ans après sa mort, Johnny Hallyday est partout ! Un album de ses plus grands tubes réorchestrés sort vendredi en version symphonique. Deux livres vont également paraître en librairie. Et Johnny Hallyday s'affiche aussi à le 1er décembre pour trois spectacles consacrés à l’artiste. A qui profite ce business ?

Universal se frotte les mains

Et bien d'abord à son label, Universal. Imaginez que le disque qui sort vendredi est pressé dès le départ à 100.000 exemplaires, c’est très rare aujourd’hui. C’est dire si la maison de disque y croit. Et pourtant dessus, il ne figure sur cet album posthume aucun titre inédit, seulement des tubes comme Quelque chose de Tennessee, ou Non je ne regrette rien. La voix est celle de Johnny enregistrée notamment au stade de France, mais réorchestrée avec l’orchestre symphonique de Londres. Ça ne coûte pas grand-chose, et en tant que producteurs, Universal touchera des parts sur chaque disque vendu. "Environ 35%", selon Fabien Lecoeuvre, 

"C'est un très bon coup pour la maison de disque Universal", constate-t-il. Pour le spécialiste de la chanson française, cet album est une aubaine pour le label. "Sachant qu’entre le 5 décembre 2017 et le 31 décembre de la même année, Johnny Hallyday a vendu près d’un million d’exemplaires de toutes les compilations, disques souvenirs, mémoires, c’est considérable". L’enjeu est gros pour Universal : le dernier album posthume du chanteur, signé chez Warner, a dépassé les 2 millions de vente en 2018. Même si pour le coup, c’était des chansons inédites.

Les ayants droits dans l'attente

Universal ne va pas être la seule à en profiter. Sa dernière épouse, Laeticia Hallyday, et leur deux filles auront aussi leur part du gâteau, puisque tout l'argent leur revient de plein droit. Du moins normalement, car un décision de justice a pour l'instant gelé le versement des royalties, en attendant le verdict qui tranchera en faveur du testament américain ou français du chanteur. Mais cela n’empêche pas Laetitia Hallyday et Universal de travailler main dans la main pour ces trois spectacles-hommage à l’Olympia le 1er décembre, à midi, à 16 heures et 20 heures. Il faut rentabiliser la location de la salle.

Sur scène, il n’y aura aucun concert, aucun artiste, alors que les places sont vendues jusqu’à 100 euros par personne. En fait les fans verront des projections de concerts ou d’interviews du chanteur. Trois séances d’une heure et demi sont donc prévues, dont l’une sera retransmise dans une centaine de cinéma Pathé en France. 

Et vous n’avez pas fini d’entendre parler de Johnny ! Pour les deux ans de sa mort le 6 décembre, Universal sortira un coffret de lives à l’Olympia, baptisé Un soir à l’Olympia. Et puis nous pouvons aussi vous révéler qu’Universal va ressortir, année après année pour les fêtes de Noel, tous les albums de Johnny Hallyday de leur catalogue. Il y en a 44 au total. Rendez-vous compte, les ayants droits pourront toucher de l’argent sur les ventes de Johnny jusqu’en 2088 !

Europe 1
Par Angèle Chatelier, édité par Cédric Chasseur