"Emmanuel Macron, le Julien Doré de la politique" : Arnaud Montebourg s'explique

  • A
  • A
Partagez sur :
L'ancien ministre du Redressement productif publie "L'engagement", un livre où il compare Emmanuel Macron à Julien Doré. Arnaud Montebourg revient au micro d'Anne Roumanoff sur ce passage et précise sa pensée.
INTERVIEW

La phrase n'a pas plu au chanteur. Elle n'a pas dû plaire non plus au président de la République. Dans son livre L'engagement, Arnaud Montebourg compare l'œuvre des deux hommes. Invité de Ça fait du bienl'ancien homme politique et actuel entrepreneur précise qu'il s'agit autant d'un "hommage" à la versatilité de Julien Doré qu'à la politique "sans cap, ni clarté" d'Emmanuel Macron, qu'il charge à nouveau.

"Emmanuel Macron est finalement un chanteur de variété"

Dans son livre L'engagement, Arnaud Montebourg écrit ainsi qu'Emmanuel Macron "aimait se grimer, se farder, se maquiller pour ne jamais paraître tel qu'il était. Sa méthode était la dissimulation, art dans lequel il avait toujours été plus doué que nature. C'est ainsi qu'Emmanuel Macron le théâtreux devint peu à peu, à mes yeux, une sorte de Julien Doré de la politique. Comme Julien Doré, Emmanuel Macron aime à changer de costume, de registre, de conviction à la vitesse du vent. Emmanuel est finalement un chanteur de variété".

L'ancien ministre du Redressement productif sous François Hollande se défend de toute attaque contre le chanteur. "D'abord, c'est un hommage à Julien Doré", précise-t-il. "Julien Doré a dit 'Oh, foutez-moi la paix !', et je le comprends, il n'est pas là-dedans, le malheureux."

Au micro d'Europe 1, il réitère cependant le tacle destiné à Emmanuel Macron. "Il a un parcours brillantissime, il est très doué, il a beaucoup de talent", débute-t-il. "Mais il a embrouillé tout le monde. Et maintenant tout le monde le sait." 

"La diagonale du vide"

Pour Arnaud Montebourg, la technique de louvoiement qui a permis l'ascension express d'Emmanuel Macron est désastreuse pour le pays maintenant qu'il le dirige. "Cette technique a pour conséquence qu'on ne sait pas où on va. Aujourd'hui, quelle est la vérité du président de la République ? Où est-ce qu'on va ? Quel est le projet ? Quelle est la ligne ?", s'interroge l'ancien socialiste.

Et la crise sanitaire n'est pour lui en aucun cas une circonstance atténuante. "Personne n'a de chance : Sarkozy a eu la crise des subprimes. Hollande a eu le Bataclan", rappelle-t-il froidement. "Excusez-moi, mais c'est le boulot. C'est comme ça, c'est difficile."

Pour Arnaud Montebourg, c'est au contraire dans les moments de crise que la clarté du président est la plus nécessaire. "Le monde est de plus en plus dangereux, de plus en plus chaotique. On a besoin de savoir où on va. Pour moi, Emmanuel Macron, c'est la diagonale du vide", assène-t-il. "Les Français veulent savoir comment on construit un projet ensemble. C'est ça la politique. Ce n'est pas le pouvoir."

Europe 1
Par Alexis Patri