Dans "Baron Noir", François Morel "n'a pas du tout cherché" à imiter Jean-Luc Mélenchon

  • A
  • A
François Morel 2:02
François Morel "n'a pas du tout cherché à imiter" Mélenchon dans la série "Baron Noir".
Partagez sur :
Invité d'Isabelle Morizet dans "Il n'y a pas qu'une vie dans la vie", François Morel, qui interprète Michel Vidal, leader d'un parti de gauche radicale, assure ne pas avoir cherché à imiter Jean-Luc Mélenchon. La ressemblance frappante entre le personnage et le politique est à chercher du côté du créateur de la série.
INTERVIEW

Il a incarné un Jean-Luc Mélenchon (presque) plus vrai que nature. Dans la série Baron Noir de Canal+, François Morel campait Michel Vidal, leader du parti de gauche radicale Debout le peuple, et personnage très fortement inspiré de Jean-Luc Mélenchon. Et pour cause, le créateur de la série, Eric Benzekri, est un ancien membre du cabinet du chef de file de la France insoumise, lorsque celui-ci était encore au Parti socialiste. Pourtant, l'acteur assure au micro d'"Il n'y a pas qu'une vie dans la vie" sur Europe 1 qu'à aucun moment il n'a eu pour consigne de jeu d'incarner ce dernier.

"Michel Vidal était dans la même position que Mélenchon"

"Je n'ai pas du tout cherché à imiter Jean-Luc Mélenchon ou quoi que ce soit", abonde François Morel. "Simplement, Michel Vidal était dans la même position que lui", leader d'un parti qui se situe à la gauche du PS. "Mais c'est vrai que je pense qu'Eric Benzekri a écrit ce personnage avec soin parce qu'il connait bien Jean-Luc Mélenchon."

Malgré le lien évident entre Michel Vidal et le leader de la France insoumise, ce dernier n'a jamais indiqué qu'il avait vu la série à François Morel. "Je ne lui ai pas demandé s'il l'avait vue, mais je ne crois pas. C'est peut-être compliqué pour lui de voir ça."

Reste que le commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres a "adoré" camper Michel Vidal tout au long des trois saisons de la série. "C'est un personnage magnifiquement écrit, très fort, très intelligent, très cultivé et très tactique." Peut-être même un "peu trop technique" dans la deuxième saison, à en croire son interprète qui le préfère dans l'ultime chapitre de la fiction : "Il s'humanise, on voit sa femme, ses failles aussi." 

Europe 1
Par Ugo Pascolo