Comment TF1 veut attirer les jeunes avec la série "Big Little Lies"

  • A
  • A
Partagez sur :
Pour la première fois, la chaîne TF1 diffuse mardi à 21h05 la série américaine multi-primée "Big Little Lies", portée notamment par Nicole Kidman et Reese Witherspoon. Pour Xavier Gandon, directeur des antennes télés et digitales du groupe TF1, invité mardi sur Europe 1, la programmation de cette série vise à attirer les jeunes, au même titre que Koh-Lanta ou The Resident. 
INTERVIEW

À partir de mardi soir, la chaîne TF1 diffuse la saison 1 de la série américaine Big Little Lies, incarnée par Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Zoé Kravitz ou encore Laura Dern. Sur Europe 1 mardi, Xavier Gandon, directeur des antennes télés et digitales du groupe TF1, a expliqué comment la chaîne misait sur ce type de séries pour attirer les jeunes, qui se tournent de plus en plus vers la télévision. 

La série Big Little Lies, diffusée en 2017 sur HBO aux États-Unis et sur OCS en France, est "une des meilleures séries produites ces dernières années", se réjouit Xavier Gandon. L'histoire se passe sur la côte californienne, dans la ville huppée de Monterey. Plusieurs femmes vont se retrouver liées après un drame survenue lors d'une fête. Une personne est décédée mais son identité est inconnue. Qui est responsable ? À partir de cette question, un drame se noue, révélant les failles et les vices de chacun des personnages.

Un thriller proche de Desperate Housewives

Xavier Gandon qualifie la série de "thriller" survenant "dans une communauté habitée par de gens assez riches et aisés". Big Little Lies se rapproche ainsi de la série américaine Desperate Housewives et du roman La Vérité sur l'affaire Harry Québert de Joël Dicker. 

Pourquoi la chaîne TF1 a-t-elle choisi de diffuser cette série, pourtant sortie en 2017 ? Pour sa qualité, répond Xavier Gandon. Car Big Little Lies possède "un casting de stars comme on a l'habitude d'en voir qu'au cinéma", avance Xavier Gandon. 

La chaîne cherche aussi à consolider sa progression chez les jeunes, qui s'est notamment renforcée pendant le confinement. "Les 15-35 regardent de plus en plus de programmes télé", affirme Xavier Gandon. Mais TF1 doit s'adapter à ce public particulier. Les jeunes ne regardent pas forcément leurs programmes préférés "l'écran télé mais sur leur tablette ou écran de téléphone portable", dit-il. 

En concurrence avec les plateformes de diffusion comme Netflix ou OCS, TF1 cherche à tirer son épingle du jeu. Selon Xavier Gandon, "l'effet volume" "sur les plateformes SVOD" (vidéo à la demande) provoque "peut-être un petit peu moins de qualité aujourd'hui" en termes de programmes. Pour cette raison, "finalement, les téléspectateurs reviennent regarder Koh-Lanta et des séries comme Big Little Lies et The Resident", soulève le directeur des antennes télés et digitales du groupe TF1. 

Europe 1
Par Tiffany Fillon