Ce que cache le masque funéraire de Toutânkhamon

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
C'est l'une des images les plus emblématiques de l'Égypte ancienne : le masque de Toutânkhamon est tout autant une icône qu'un mystère.
LE TOUR DE LA QUESTION

La Grande Halle de La Villette, à Paris, s'apprête à accueillir un véritable événement : à partir de samedi et jusqu'au 15 septembre, une exposition pharaonique est consacrée à Toutânkhamon, devenue "l'icône absolue de l'Égypte ancienne", assure l'égyptologue Florence Quentin, invitée du Tour de la question consacré mercredi à ce pharaon qui a régné pendant huit ans, de -1345 à -1338.

Dix kilos d'or au compteur

Et quoi de plus emblématique chez lui que son masque funéraire ? "Quand on pense Égypte, on pense pyramides et on pense masque de Toutânkhamon", confirme l'essayiste et journaliste, auteur de Dans l’intimité de Toutânkhamon (éditions First). "Il a inspiré la BD, le cinéma, etc. Il est devenu iconique, y compris pour les Égyptiens aujourd'hui. C'est leur grand ancêtre."

Côté caractéristiques, ce n'est pas un masque tout à fait comme les autres : "Ce sont dix kilos d'or, avec des incrustations de lapis-lazuli (le bleu vif du masque, NDLR), de cornaline (entre orange et rouge, NDLR) et de vert coloré", décrit l'égyptologue. "Les yeux sont extrêmement présents, avec du khôl, du calcite et de l'obsidienne (des minéraux transparent et gris très foncé, NDLR). On a voulu rendre l'effet de la vie en mettant des petites traces rouges au coin des yeux, comme des vaisseaux. Quand vous êtes en face de lui, on a l'impression qu'il vous transperce."

Son véritable masque ?

"Surtout, il fige les traits d'un roi qui meurt à 17 ans. C'est un visage d'éternité" même si, indique Florence Quentin, "on pense qu'il a été idéalisé et que Toutânkhamon n'était peut-être pas aussi beau que ça". Reste que le pharaon "est passé de l'homme semi-divin au Dieu incarné" avec ce masque funéraire.

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

Était-ce pourtant son véritable masque ? "Avec la restauration d'il y a quelques années, on s'est rendu compte qu'il y avait à l'arrière du masque, son cartouche, c'est-à-dire son nom dynastique, qui recouvrait un cartouche antérieur", raconte Florence Quentin. "On se demande si ce masque n'a pas été réadapté au visage du roi et qu'il n'aurait pas été créé à la base pour la reine pharaon qui a régné avant lui, qu'on appelle Ânkh-Khéperourê et qui pourrait être sa sœur."