Bee Simulator, un jeu pour sensibiliser les enfants (et les adultes) à la disparition des abeilles

  • A
  • A
Partagez sur :
Une abeille héroïne de jeux vidéo : c'est le concept de "Bee Simulator", un jeu volontiers éducatif. Derrière les missions de combat ou de vitesse, le véritable intérêt de ce jeu est sa capacité à sensibiliser les joueurs, en en premier lieu les enfants, à la disparition des abeilles.
TEST

Apprendre en s'amusant : le concept n'est pas nouveau et il a déjà fait ses preuves dans le jeu vidéo, passé maître dans l'art de créer des jeux éducatifs. Et c'est la recette de Bee Simulator, développé par le studio polonais Varsav et édité par les Français de Bigben Interactive. Ce jeu, dans lequel on incarne une abeille dont la ruche est menacée par les humains, vise ainsi à sensibiliser les enfants à leur disparition. Un joli jeu qui remplit parfaitement sa mission.

Volez, butinez, récoltez

Dans Bee Simulator, on joue une petite abeille qui vient de naître. Après un rapide tutoriel pour apprendre à voler et à butiner, la reine nous assigne notre mission : nous serons une abeille ouvrière. Il va donc falloir contribuer à la vie de la communauté en collectant un maximum de pollen, en défendant la ruche contre les frelons et en rapportant des connaissances du monde extérieur. En l'occurrence, l'action prend place dans Honey Park, réplique du célèbre Central Park new-yorkais, avec son zoo, ses plans d'eau, son parc d'attraction et ses humains qui pique-niquent sur les pelouses. Autant de zones qu'il convient d'explorer à la recherche de fleurs rares.

Sans être magnifique, Bee Simulator s'appuie sur des graphismes plutôt agréables et colorés, qui séduiront les enfants. En revanche, la maniabilité est le point faible du jeu : la caméra et les commandes, trop sensibles au moindre changement de direction, rendent périlleux les vols de notre petite abeille. Heureusement, il n'y a pas de système de points de vie. Quant à la durée de vie, elle est satisfaisante pour ce genre de jeu. Comptez cinq ou six heures pour boucler l'histoire principale. Ensuite, vous pourrez vous amuser dans Honey Park, remplir de nombreux défis de combat, de vitesse, de récolte, etc. Mais l'ensemble est un peu répétitif. Enfin, un mode coopération complète le tout.

Validé par les apiculteurs

Si on s'amuse quand même à se prendre pour une abeille, Bee Simulator est surtout un très bon jeu éducatif. Tout au long de l'histoire principale, les créateurs ont distillé des informations et des anecdotes sur la vie des abeilles ainsi que sur les menaces qui pèsent sur elles. À commencer par l'homme : le fil rouge du scénario est la recherche d'un nouvel endroit pour déplacer la ruche, car l'arbre d'origine va être abattu par les gardiens du parc. "Ce que qu'on veut, c'est que les gens, en jouant au jeu, se rendent compte que les abeilles sont menacées, qu'il y a un vrai de danger, dont l'homme est grandement responsable", explique Mathilde Philippe, cheffe de produit sur Bee Simulator.

Dans "Bee Simulator", il va falloir participer à la vie besogneuse d'une ruche.

Résultat, on apprend énormément de choses en jouant à Bee Simulator. Par exemple, saviez-vous qu’en moyenne, une abeille produit à peine 1/12ème d’une cuillère à café de miel au cours de sa vie ? Ou, plus triste, qu’il y a des pays, comme la Chine, où il n’y a quasiment plus d’abeilles du tout ? Le jeu a été conçu avec l'appui d'apiculteurs afin de proposer un contenu scientifique le plus exact possible. "On a voulu faire un jeu qui puisse servir de support pédagogique pour des instituteurs ou des parents qui seraient soucieux d'aborder la question de la disparition des enfants avec leurs élèves ou enfants", souligne Mathilde Philippe.

Un jeu bon pour les abeilles et la planète

Pour la sortie du jeu, Bigben s’est même allié à la Fondation GoodPlanet, présidée par Yann Arthus-Bertrand. Grâce à Bee Simulator, la cause écologique touche ainsi un autre public, plus jeune. "Apprendre en s'amusant, c'est toujours plus intéressant d'un point de vue pédagogique, on le sait. Et ce jeu est très bien fait, très réaliste. Ça permet de mettre l'accent sur les dangers qui pèsent sur l'abeille, que ce soit les pesticides ou la destruction de leur habitat naturel", se réjouit Antoine Rochard, membre de la Fondation GoodPlanet. "C'est très complémentaire des ateliers que la Fondation met en place, en extérieur cette fois."

L'abeille possède de nombreux ennemis, notamment les guêpes et les frelons, et il faut se battre pour protéger la ruche.

Notez qu'en achetant Bee Simulator - le jeu est disponible sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC à 40 euros, vous ferez une bonne action. Sur chaque jeu vendu, un euro est reversé à la Fondation GoodPlanet. De l’argent qui servira à financer ses actions, notamment en matière de reforestation, de protection des espèces menacées, de développement des énergies vertes, etc.

Notre avis : un jeu écologiste idéal pour les enfants

Incarner une abeille dans un jeu vidéo, le pari était osé mais plutôt réussi. Certes peu maniable et pas toujours très beau, Bee Simulator est suffisamment intéressant pour justifier son achat (malgré un prix un poil élevé). Les joueurs les plus aguerris auront du mal à trouver leur compte dans ce jeu assez court et répétitif. Mais les enfants, véritable cible de Bee Simulator, y trouveront matière à s'amuser quelques heures et, surtout, à en apprendre plus sur le fonctionnement d'une ruche, la vie d'une abeille et les dangers qui pèsent sur elle. Le tout de façon plus ludique et proactive qu'en lisant un livre.