Avant "Nicky Larson" et le succès de "Babysitting", Philippe Lacheau raconte les années de galère

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Chez Anne Roumanoff, le cinéaste et acteur revient sur les années qui ont suivi le passage de sa bande sur Canal+. Des mois compliqués à gérer.
ANNE ROUMANOFF, ÇA FAIT DU BIEN

C'est un projet qui lui tient très à cœur. Le réalisateur et acteur Philippe Lacheau a décidé d'adapter au cinéma le personnage de Nicky Larson, tiré du manga de l'auteur japonais Tsukasa Hōjō. Chez Anne Roumanoff jeudi, il revient sur ce long métrage, Nicky Larson et le Parfum de Cupidon, en salles depuis mercredi.

>> De 11h à 12h30, c’est tous les jours Anne Roumanoff sur Europe 1 ! Retrouvez le replay de l’émission ici

"Un grand moment, très émouvant pour moi". Nicky Larson et le Parfum de Cupidon est sorti il y a un jour, mais les premiers retours de spectateurs sont bons. "Il y a un petit soulagement", confie Philippe Lacheau sur Europe 1. Avec ce projet, le cinéaste a réalisé son rêve d'enfant. Mais il a d'abord fallu convaincre l'auteur du manga City Hunter, Tsukasa Hōjō, dont est tiré le personnage. "Je suis parti au Japon, on a traduit le scénario en japonais. Je lui ai remis, il avait 48 heures pour le lire et donner sa réponse", explique Philippe Lacheau.

Un projet que le mangaka a finalement accepté. Tsukasa Hōjō s'est même rendu à Paris pour découvrir le résultat sur grand écran. "Un grand moment, très émouvant pour moi", souligne le cinéaste. 

"C'était une grosse déception". Pourtant, tout n'a pas été simple pour la Bande à Fifi, comme il le raconte lui-même. Après plusieurs mois sur Canal+, dans Le Grand Journal de Michel Denisot, Philippe Lacheau et ses compères ont tenté de se lancer dans le cinéma. "C'est ce que l'on voulait faire depuis toujours", souligne le cinéaste. Mais ils ont alors rencontré l'échec pour la première fois. "C'était une grosse déception, car les producteurs nous ont dit que le film était trop cher", relate l'acteur. "On a eu plusieurs projets de cinéma qui ne se sont pas faits, on a commencé à connaître une période de galère. Cela a duré plusieurs années", explique-t-il.

Finalement, en 2014, le projet Babysitting a pris forme, puis va connaître un très beau succès public avec plus de deux millions d'entrées, replaçant la Bande à Fifi sur le devant de la scène.