Après la sortie du neuvième volet, comment Disney veut prolonger le business "Star Wars"

, modifié à
  • A
  • A
Star Wars Daisy Ridley 2:50
Après la sortie de l'épisode 9, mercredi, Disney veut relancer la machine Star Wars. © The Walt Disney Company
Partagez sur :
L'épisode 9 de la saga "Star Wars", "L'Ascension de Skywalker", sort dans les salles ce mercredi. Disney, qui a racheté les droits de la saga en 2012, chercher comment relancer la machine, après l'échec du spin-off consacré à Han Solo. Et se tourne dans l'immédiat plutôt vers les séries.
ENQUÊTE

C'est le grand jour pour la saga Star Wars. Avec la sortie, ce mercredi, du neuvième épisode, L'Ascension de Skywalker, se clôt une aventure commencée il y a 42 ans ans par George Lucas. Aujourd'hui, ce n'est plus le réalisateur historique mais Disney qui est aux manettes, après avoir racheté la société de production "Lucasfilm" en 2012. Et au sein du groupe aux oreilles de Mickey, on regarde déjà vers la suite, en se demandant comment relancer une vache à lait longtemps très productive, mais qui commence à se tarir

Clore le chapitre Skywalker

Ce constat s'est imposé avec l'échec commercial et critique du spin-off consacré au personnage d'Harrison Ford, Han Solo. Le film, Solo: A Star Wars Story, sorti en 2018, n'a rapporté "que" quelque 390 millions de dollars, le plus faible montant de toute la franchise. Disney en a conclu que les aventures de la famille Skywalker, avec la princesse Leia, Luke, Dark Vador mais aussi maître Yoda et Han Solo donc, commençaient à lasser. Il est donc temps de clore ce chapitre avec L'Ascension de Skywalker

Même si Disney a déjà rentabilisé les quelque 4 milliards de dollars investis en 2012 pour racheter "Lucasfilm", son objectif reste de gagner beaucoup d'argent. Et pour ça, le groupe veut réussir à capter un nouveau public, qui n'a pas nécessairement besoin de connaître la grande histoire Star Wars, ni même l'univers.

Des séries et de nouveaux films

Pour lancer sa plateforme Disney+ aux Etats-Unis, concurrente de Netflix ou Amazon, Disney a choisi comme produit d'appel une nouvelle série Star Wars, The Mandalorian. Les aventures d'un nouveau héros, un mercenaire, qui cartonnent déjà outre-Atlantique et débarqueront fin mars en France. Et ce ne devrait pas être la seule série. Une autre sera centrée sur le personnage de Cassian Andor, le pilote aperçu dans le film Rogue One, également un spin-off de la saga principale, et une autre encore sur le jedi Obi-Wan Kenobi. 

Enfin, dans trois ans, de nouveaux films Star Wars sortiront sur les grands écrans, là aussi sans les personnages connus mais avec de nouvelles figures, qui évolueront dans l'univers créé par George Lucas. Parce qu'il n'est pas non plus question de se débarrasser de tout. "Star Wars est une saga à l'identité forte, à tel point qu'on peut se demander si elle a la possibilité d'exister en dehors des Skywalker, de la Force et de tous ces personnages emblématiques", fait remarquer Nicolas Allard, auteur du livre Star Wars, un récit devenu légende. "C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Disney envisage de conserver pour ces prochains films au moins la présence des jedi puisque là c'est un élément identitaire très fort pour les fans."

Pour le reste, Disney a habilement misé sur le format de la série, qui lui laisse du temps pour installer de nouveaux personnages et nouvel univers. Toujours plus facile à faire sur plusieurs épisodes d'une heure que sur un seul film qui n'en dure que deux. Quoi qu'il en soit, le groupe est confiant. La présidente de Lucasfilm, Kathleen Kennedy, l'a affirmé récemment : "L'avenir est assuré pour les dix prochaines années". 

Europe 1
Par Matthieu Charrier, édité par Margaux Baralon