Abd al Malik raconte son amitié avec Juliette Gréco : "Je l’ai accompagnée jusqu’à la fin"

  • A
  • A
Abd al Malik était très ami avec Juliette Gréco.
Abd al Malik était très ami avec Juliette Gréco. © Europe 1
Partagez sur :
Le rappeur Abd al Malik était l’invité de Michel Denisot dans Icônes. Il a raconté sa longue et forte amitié avec Juliette Gréco, disparue en septembre dernier. "On s’appelait tout le temps, on s’envoyait des SMS, on passait des fêtes ensemble", a-t-il témoigné.
INTERVIEW

C’est l’histoire d’une amitié improbable. Pendant près de 15 ans, Abd al Malik et Juliette Gréco ont partagé de nombreux moments, jusqu’à la disparition de l’iconique chanteuse en septembre dernier à l’âge de 93 ans. Le rappeur, qui raconte cette amitié dans son livre La réconciliation, a témoigné samedi matin sur Europe 1, au micro de Michel Denisot.

"C'est le plus grand chapitre de mon livre. J'ai passé les quinze dernières années avec elle, on était très, très proches. On s'appelait tout le temps, on s'envoyait des SMS, on passait des fêtes ensemble", a assuré le rappeur.

Il lui lisait régulièrement Camus

Symbole de cette forte amitié : Abd al Malik est devenu, au fil du temps, la seule personne à avoir le droit de lire à Juliette Gréco des extraits des livres d’Albert Camus. "Je l'ai accompagnée jusqu'à la fin, et à la fin elle voulait que je lise. J'ai commencé à lui lire régulièrement Camus et ensuite elle refusait que d'autres personnes lisent. Elle voulait que ce soit seulement moi, c'était fabuleux", a poursuivi le rappeur, qui a fait part de son admiration sans bornes pour la chanteuse, avec qui il est monté plusieurs fois sur scène.

"Juliette était quelqu'un d’incroyable. Elle fait partie de ces êtres qui ont incarné la France. On peut parler de Napoléon Bonaparte, on peut parler du général de Gaulle mais aussi de Juliette Gréco", a-t-il estimé. "Elle faisait le lien entre différentes générations, entre des valeurs qui sont les nôtres, la justice et la liberté. Elle incarnait tout ça, elle était aimée par tout le monde d'une certaine manière. J'ai eu la chance de vivre avec la France incarnée. C'est pour ça que j'ai voulu lui rendre hommage dans ce livre".

"Si cette amitié est possible, alors c’est possible avec ce pays qu’est la France"

"Je vous dis que Juliette était la France incarnée. Des fois, je lui disais ça en la taquinant et elle me disait : 'mais toi aussi, tu es la France incarnée.' C'est la France qui comprend sa différence, son identité multiple, mais qui comprend qu'il y a un socle commun. Et pour elle ce socle c'était la poésie. Le lien, c'est la poésie", a ajouté Abd al Malik.

Pour le rappeur, cette amitié, qu’il qualifie lui-même "d’improbable", symbolise d’une certaine manière la France d’aujourd’hui. "Quelqu'un comme moi, un jeune de quartier, musulman, un rappeur se retrouve avec Juliette Gréco. Il y a une amitié qui peut comme ça, au premier abord, paraître improbable mais c'est une amitié d'une réalité et d'une réelle profondeur. Si c'est possible entre deux personnes, alors c'est possible avec ce pays qu'est la France."

Une grande passion pour Jacques Brel. Abd al Malik a également confié sa passion pour Jacques Brel. "Ma femme a grandi avec Brel, ses frères écoutaient Brel tout le temps. J'ai découvert un grand poète, un vrai modèle artistique", a-t-il assuré. Le rappeur a également rencontré deux proches collaborateurs de Jacques Brel. Tout d’abord le pianiste Gérard Jouannest, le mari de Juliette Gréco, qui a longtemps accompagné le chanteur belge. "J'ai eu la chance de côtoyer Juliette Gréco et son époux, qui était aussi le pianiste et compositeur de Jacques Brel."

Il a également collaboré avec l’accordéoniste Marcel Azzola, destinataire du fameux "Chauffe Marcel, chauffe !" lancé par Jacques Brel dans la chanson Vesoul. "Dans un disque j'ai invité Marcel Azzola, et je lui ai dit : "chauffez Marcel !" J'ai eu la chance de rencontrer ces icônes", conclut Abd al Malik.