Les Bleus sont loin d'avoir regagné le cœur des Français

, modifié à
  • A
  • A
© FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Selon un sondage à paraître vendredi dans "Le Parisien Week-end", que vous révèle Europe 1, un peu plus de la moitié des Français ont encore une mauvaise image de l'équipe de France.

À quelques jours du début de la Coupe du monde, les Français se sont-ils vraiment réconciliés avec les joueurs de l'équipe de France ? Un sondage OpinionWay à paraître vendredi dans Le Parisien Week-end, et dont Europe 1 vous révèle le contenu, montre que la partie est loin d'être gagnée. L'enquête classe les sondés en deux catégories : les amateurs de foot d'un côté, et l'ensemble des Français de l'autre.

Les Français "aiment détester leurs footballeurs". Il ressort que, parmi les amateurs de foot, 32% des sondés aiment "beaucoup" les Bleus, et 53% les aiment "assez". Mais quand on compare à l'ensemble de la population, la côte de popularité des hommes de Didier Deschamps prend du plomb dans l'aile. Seules 15% des personnes interrogées déclarent aimer "beaucoup l'équipe de France, et 30% l'aiment peu. Pire, 23% des Français affirment ne pas l'aimer "du tout". "On est dans un pays qui, culturellement, aime bien détester ses footballeurs", analyse Maxime Brigand, journaliste à So Foot et invité d'Europe 1 jeudi midi. "La population les aime bien… quand ils gagnent, comme en 1998", poursuit-il.

Une image détériorée. Selon Yves Derai, rédacteur en chef du Parisien Week-end (dont vous pouvez découvrir la Une de vendredi ci-dessous), les Français voient encore les joueurs de l'équipe de France comme des sales gosses, des enfants gâtés. "Ils les voient avec leurs coupes de cheveux farfelues, ils les voient dans des pubs alors que ce sont des gens qui gagnent déjà très bien leur vie. Tout ça amène à une image assez détériorée des joueurs eux-mêmes, même pour ceux qui ont plutôt une bonne image comme Griezmann", complète le journaliste, invité d'Europe midi.

Le Parisien Week-end

Encore du travail pour redorer le blason des Bleus. Depuis 2016 et l'arrivée de Didier Deschamps comme sélectionneur, la Fédération française de football a mis en œuvre une stratégie de communication visant à redorer le blason des Bleus, et à faire oublier aux Français le dramatique épisode de Knysna, auquel se sont ajoutées les affaires Benzema, Ribéry, Nasri… "L'idée était de profiter de l'Euro pour regagner nos supporters. Il y a eu des vidéos de la Fédé où on est vraiment dans les coulisses de l'équipe de France", constate avec plaisir Maxime Brigand. Et si cette stratégie a été fructueuse du côté des amateurs du ballon rond - 43% des sondés considèrent que l'image des Bleus s'est améliorée au cours des dernières années - 27% des Français dans leur ensemble observent une détérioration. "Il y a encore du boulot. Mais ne nous voilons pas la face : le gros boulot sera de faire une vraie performance lors de cette Coupe du monde", pondère Yves Derai.

Les valeurs de la France. Sur la question des valeurs incarnées par l'équipe de France, le brassage culturel s'impose pour 37% des Français, et 40% des amateurs de football. En clair, c'est la valeur portée par les Bleus qui fait le plus consensus. "C'est encore la France 'black-blanc-beur'", indique Yves Derai, qui met ce chiffre en parallèle avec "les ventilations politiques de cette enquête". "On constate que ceux qui détestent le plus l'équipe de France sont les gens proches du Rassemblement national (ex-Front national). Le brassage culturel est peut-être quelque chose qui hérisse ces Français", précise le rédacteur en chef. Par ailleurs, ce que les Français aiment tout particulièrement chez les Bleus, c'est "le fait qu'ils aiment la France", pour 47% des sondés (56% chez les amateurs de football).

Méthodologie - Ce sondage a été réalisé les 28 et 29 mai auprès d'un échantillon de 1.024 personnes représentatif de la population française de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas. Les sondés ont été interrogés sur le web par questionnaire auto-administré. Une marge d'incertitude de 1,5 à 3% doit être pris en compte pou 1.000 répondants. Parmi les sondés, 450 font partie des amateurs de football.

Europe 1
Par Anaïs Huet