France-Croatie : pour Nabil Djellit, "le Ballon d'Or peut se jouer" sur cette finale

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Luka Modric, Raphaël Varane, Antoine Griezmann voire Kylian Mbappé : quatre joueurs peuvent prendre une option pour le Ballon d'Or dès dimanche, lors de la finale de la Coupe du monde France-Croatie.

L'AVIS DE

Il sont quatre. Quatre joueurs présents lors de ce France-Croatie, en finale de la Coupe du monde, à pouvoir prétendre au Ballon d'Or, récompense attribuée au meilleur footballeur de l'année. À condition toutefois d'être performant dimanche, sur la pelouse du stade Loujniki, à Moscou. "Le Ballon d'Or peut se jouer" sur ce match, affirme ainsi, sur Europe 1, Nabil Djellit, journaliste à France Football. "Il peut se gagner et il peut se perdre."

Modric, "le plus légitime". Le candidat "le plus légitime", croit savoir Nabil Djellit dans l'émission Bons baisers du Mondial, est sans doute le Croate Luka Modric, qui vient de gagner trois Ligues des champions en trois ans avec le Real Madrid. "Il est aujourd'hui salué par tous les observateurs. Il impacte, il influe sur l'exploit croate dans cette Coupe du monde. Et si sur la finale, il sort un match XXL, il aura toutes les chances d'être Ballon d'Or", souligne le journaliste.

Varane est "monté d'un cran". Raphaël Varane, son partenaire du côté de Madrid, mais adversaire le temps d'une finale, fait aussi partie des sérieux candidats, note pour sa part Jérôme Papin, journaliste à Eurosport. "Cette année, plus que jamais, il a monté d'un cran son niveau, et ce n'est pas rien de s'imposer dans cette défense du Real. Que dire de la manière dont il s'impose dans ce Mondial ? Il est pour le moment dans pas mal d'équipes-types proposées à l'issue des demi-finales", remarque-t-il ainsi.

Pour être le cinquième Français à décrocher la récompense individuelle - après Raymond Kopa, Michel Platini, Jean-Pierre Papin et Zinédine Zidane - "il faudra à ce moment-là qu'il réalise, comme il l'a fait en demi-finale, une prestation de tel niveau à ce qu'il soit complètement au-dessus du match".

Griezmann "part de beaucoup plus loin". Antoine Griezmann pourrait aussi être de ceux-là, lui qui avait fini troisième du classement en 2016 et qui a remporté cette année la Ligue Europa avec l'Atlético de Madrid. "Pour moi, ça part de beaucoup plus loin. Dans ce registre-là, Lionel Messi, plus que Neymar d'ailleurs, aurait plus d'arguments sur le papier pour aller le chercher", poursuit Jérôme Papin. Le numéro 7 tricolore, lui, ne semble absolument pas focalisé sur cet objectif. "C'est une opportunité de gagner la Coupe du monde, Ballon d'Or ou pas Ballon d'Or. Pour l'instant, je m'en fous un petit peu", a-t-il lâché vendredi.

Mbappé "invité à la discussion" ? Des propos qui font écho à ceux de Kylian Mbappé, mardi : "Le Ballon d’Or ? Je m’en contrefiche de ça, je veux la Coupe du Monde moi, le Ballon d’Or ce n’est pas mon problème". Reste que Nabil Djellit en est persuadé : "si à 19 ans il porte l'équipe de France sur le toit de la planète football, il sera invité à la discussion et ne sera pas loin du Ballon d'Or".

Depuis 2016, les capitaines des sélections et les sélectionneurs ne font plus partie des votants, et seuls les journalistes ont leur mot à dire. Et Éric Blanc de tempérer le débat. Selon notre consultant, "le palmarès compte mais à mon avis, il faudra attendre septembre, octobre ou novembre" pour connaître le successeur de Cristiano Ronaldo. Qui sera d'ailleurs peut-être Cristiano Ronaldo lui-même…