Nordahl Lelandais a avoué avoir tué Maëlys "involontairement", les restes du corps découverts

  • A
  • A
Partagez sur :

Désigné par un nouvel indice, le suspect a conduit les enquêteurs dans le massif de la Chartreuse, entre l'Isère et la Savoie, où un crâne et un os ont été découverts. 

L'ESSENTIEL

"Ce soir, les parents de Maëlys savent que leur fille est morte, qu'elle a été tuée et, il y a quelques minutes, nous venons de leur apprendre que nous avons découvert les restes de l'enfant", a affirmé le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, mercredi vers 18 heures. Plus de six mois après la disparition de la fillette de neuf ans lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, le principal suspect a reconnu les faits et conduit les enquêteurs à l'endroit où il s'était "débarrassé" du corps. 

Les informations à retenir : 

  • Une nouvelle trace de sang découverte dans la voiture de Nordahl Lelandais l'a poussé à faire des "révélations" aux juges 

  • Le suspect dit avoir tué Maëlys "involontairement" et s'être "débarrassé" du corps, sans donner plus de détails 

  • Sur ses indications, après une journée de recherches, les enquêteurs ont découvert des restes de la fillette 

Un changement de stratégie face aux preuves. Ce revirement dans la stratégie de Nordahl Lelandais, qui niait jusque là toute implication dans la disparition de la fillette, s'explique par la découverte de nouveaux éléments par les enquêteurs. En faisant "désosser" le véhicule du suspect, les gendarmes ont en effet trouvé une tâche de sang "dans le coffre, sous les tapis de sol", selon Jean-Yves Coquillat. "Les experts de la gendarmerie ont déterminé que ce sang était celui de Maëlys."

Prévenu mardi par son avocat de la présence de cette nouvelle pièce dans le dossier, Nordahl Lelandais, qui devait être à nouveau auditionné la semaine prochaine, a demandé à rencontrer les juges d'instruction plus tôt pour s'exprimer. 

L'aveu d'une mort "involontaire". Le suspect a donc été extrait de sa cellule, tôt mercredi matin. Devant les juges, "il a indiqué qu'il avait tué Maëlys involontairement et qu'il s'était débarrassé du corps. Il a d'ailleurs présenté ses excuses aux parents de Maëlys, à Maëlys elle-même et aux juges", a poursuivi Jean-Yves Coquillat. L'homme de 34 ans a "refusé de s'expliquer sur la façon dont cette mort involontaire a eu lieu", ajoutant qu'il s'exprimerait ultérieurement à ce sujet. Selon son avocat Alain Jakubowicz, l'ancien maître-chien était "totalement anéanti, en pleurs". 

Nordahl Lelandais a ensuite expliqué avoir déposé Maëlys "dans un endroit à proximité de sa maison", à Domessin, en Savoie. Il a raconté être retourné au mariage avant de revenir récupérer le corps et de l’emmener "dans la forêt, dans un lieu montagneux, en l'espèce le massif de la Chartreuse".  

Une journée de recherches. Après être resté environ une heure à la gendarmerie de Pont-de-Beauvoisin, Nordahl Lelandais, accompagné de Jean-Yves Coquillat, des juges d'instruction et de son avocat Me Alain Jakubowicz, a donc été transporté près de son domicile, puis dans la zone montagneuse qu'il décrivait. Un convoi de sept à huit véhicules de gendarmerie, dont celui de l'identification criminelle, a été mobilisé. 

"Il nous a fallu la journée pour qu'il retrouve l'endroit où il dit s'être débarrassé du corps", a détaillé le procureur. L'intervention s'est déroulée près de la commune savoyarde de Saint-Franc."Il a fallu déneiger la route permettant d'y accéder, les juges sont montés à pied." À plusieurs reprises, Nordahl Lelandais s'est arrêté dans la même zone. "Tous ses interlocuteurs étaient très sceptiques" quant à son récit, a indiqué Alain Jakubowicz. "La configuration des lieux est extrêmement différente entre le mois d'août et le mois de février enneigé". 

Mais le suspect a eu un "déclic" et les enquêteurs ont pu découvrir de premiers restes de l'enfant. "Les chiens ont permis de retrouver il y a quelques minutes un crâne d'enfant et un ossement, on ne sait pas encore lequel", a conclu Jean-Yves Coquillat en fin d'après-midi. Les investigations devront donc se poursuivre. 

enquête1280

Des recherches sont menées par les gendarmes en présence de Nordahl Lelandais, mercredi. Photo : AFP


Maëlys, neuf ans, a disparu dans la nuit du 26 au 27 août. Elle restait depuis introuvable. Désigné par un faisceau d'indices depuis plusieurs mois, notamment des images de vidéosurveillance, Nordahl Lelandais a été mis en examen pour "enlèvement et séquestration de mineur", puis pour "meurtre précédé d'un autre crime". Sa défense contestait jusqu'ici la chronologie des faits reprochés. 

Depuis décembre, Nordahl Lelandais est par ailleurs mis en examen pour l'assassinat du caporal Arthur Noyer, perpétré en Savoie en avril dernier.