En cas de Brexit, la France ne retiendrait plus les migrants à Calais, prévient Macron

  • A
  • A
En cas de Brexit, la France ne retiendrait plus les migrants à Calais, prévient Macron
Emmanuel Macron. Image d'illustration.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

C'est ce qu'a annoncé le ministre français de l'Economie mercredi dans une interview au quotidien britannique "Financial Times".

La France cesserait de retenir les migrants à Calais et inciterait les banquiers à quitter le Royaume-Uni pour la France en cas de sortie du pays de l'Union européenne, a prévenu le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, mercredi dans le Financial Times.

Plus de contrôles côté français. Ces déclarations interviennent à la veille du sommet franco-britannique annuel réunissant le président français François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron, avec, au menu, le référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne (UE). "Le jour où cette relation sera rompue, les migrants ne seront plus à Calais", a indiqué Emmanuel Macron au quotidien financier britannique, précisant que le "Brexit" pourrait saborder un accord entre les deux pays qui permet à Londres de mener des contrôles du côté français de la frontière. Le ministre a ajouté qu'en cas de Brexit, le Royaume-Uni n'aurait plus un accès complet au marché unique et que Paris pourrait chercher à attirer les services financiers et les inciter à quitter Londres. 

Dans la foulée de CameronDavid Cameron avait prévenu le mois dernier que le Brexit pourrait signifier que les contrôles aux frontières seraient supprimés de Calais et qu'il "n'y aurait rien qui empêcherait des milliers de personnes de traverser la Manche du jour au lendemain".

Relogement en cours. Depuis le début de la semaine, les autorités françaises ont entrepris de détruire les cabanes de fortune des migrants installés dans la partie sud de la "jungle" de Calais, le plus grand bidonville de France qui abrite des milliers de personnes cherchant à rejoindre l'Angleterre. La France cherche à les reloger dans des centres d'accueil à Calais ou ailleurs sur le territoire français.