"Vladimir Poutine doit comprendre qu'il faudra compter avec le nouveau Président français"

  • A
  • A
"Vladimir Poutine doit comprendre qu'il faudra compter avec le nouveau Président français"
La première visite du président russe depuis l'élection d'Emmanuel Macron est l'occasion pour l'exécutif de prendre le contre-pied du quinquennat de François Hollande.@ AFP
Partagez sur :

La première visite du président russe depuis l'élection d'Emmanuel Macron est l'occasion pour l'exécutif de prendre le contre-pied du quinquennat de François Hollande.

Emmanuel Macron, qui reçoit lundi Vladimir Poutine sous les ors du château de Versailles, promet un dialogue "exigeant" et "sans aucune concession" sur le dossier ukrainien avec le maître du Kremlin, alors que le G7 a brandi la menace de nouvelles sanctions contre Moscou.

"J'aurai un dialogue exigeant avec la Russie" sur l'Ukraine, a prévenu samedi le nouveau président de la République à l'issue du sommet du G7 de Taormina, en Italie. Emmanuel Macron a aussi expliqué qu'il jugeait nécessaire de "parler avec la Russie" sur la question syrienne, en vue de "changer le cadre de sortie de la crise militaire" et de "construire de manière beaucoup plus collective une solution politique inclusive" en Syrie. Ils se retrouveront d'abord en tête-à-tête, à la mi-journée. Puis ils déjeuneront, entourés de leurs délégations, tiendront une conférence de presse conjointe et visiteront l'exposition sur Pierre le Grand.

La technique du contre-pied. "C’est la technique du contre-pied, c’est assez efficace quand vous voulez marquer un but". La métaphore sportive qu’utilise un diplomate français pour décrypter ce qu’il appelle « la mission de Versailles". Le contre-pied désigne l'opposition par rapport à l’époque du quinquennat de François Hollande. Petit rappel des faits : en octobre 2016, la tension est telle que Vladimir Poutine annule sa visite prévue pour inaugurer l’église orthodoxe du quai Branly.

Trois cent ans de relations diplomatiques. Aujourd'hui il sera reçu sous les ors du château de Versailles. Les deux chefs d’État vont visiter l’exposition sur la venue en 1717 du tsar Pierre le Grand. Une autre manière de rappeler que le début des relations diplomatiques entre les deux pays date d'il y a trois cents ans. Traduction : on se connaît depuis longtemps alors discutons. Si le contre-pied est lancé, reste à marquer le but.

Pour le Kremlin, les deux hommes vont "faire connaissance". Car les points de blocages sont toujours les mêmes : l’Ukraine et la Syrie principalement. Emmanuel Macron promet un dialogue "sans concession et exigeant". Pour le Kremlin, les deux hommes vont juste "faire connaissance", une formule de la diplomatie russe qui en dit long. Emmanuel Macron joue gros et l'un de ses proches résume l’enjeu : "Vladimir Poutine, de 25 ans son aîné,  doit comprendre qu’il faudra compter avec le nouveau président français". Avant de regagner Moscou, Vladimir Poutine se rendra, seul cette fois, au nouveau Centre spirituel et culturel orthodoxe russe, érigé quai Branly à Paris.