Présidentielle : ce que révèlent les déclarations de patrimoine des candidats

  • A
  • A
Présidentielle : ce que révèlent les déclarations de patrimoine des candidats
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié les déclarations de patrimoine des candidats mercredi.
Partagez sur :

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique a publié mercredi soir les déclarations de patrimoine des onze candidats à la présidentielle. 

C'est une première. Les candidats à la présidence de la République sont tenus cette année d'être transparents sur leur patrimoine. Leur déclaration a donc été publiée par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique sur son site internet mercredi soir.

François Fillon, chère société de conseil

La déclaration de patrimoine du candidat de la droite et du centre a de quoi surprendre. Pas en tant que telle, mais bien parce qu'elle diffère beaucoup de la précédente, faite le 12 décembre dernier, en tant que député. En l'espace de trois mois, la société de conseil de François Fillon, 2F Conseil, a vu sa valeur vénale augmenter de plus de 86.000 euros. Estimée à 11.518 euros fin 2016, elle l'est désormais à 97.888 euros. Deux nouveaux prêts sont également apparus : l'un, de 50.000 euros, effectué "entre particuliers" pour faire des travaux. Et l'autre, de 30.000 euros, pour "paiement de dettes fiscales". Celui-ci a été fait par sa fille, Marie, a indiqué l'entourage du candidat à l'AFP, "pour lui permettre de payer le solde de ses impôts en fin d'année 2016".



Enfin, François Fillon est un amateur de montres de luxe. Il en possède deux, d'une valeur de 15.000 et 12.000 euros.

Nicolas Dupont-Aignan, sans cash

Le candidat de Debout La France, comme beaucoup de Français, doit faire hurler son banquier. Il ne possède en effet que très peu d'argent sur ses comptes bancaires : 108,87 euros sur un compte courant au Crédit mutuel, à peine plus de 458 euros sur un Livret Bleu. À la BNP, il est même à découvert de plus de 2.350 euros.

En revanche, celui qui a été le premier -et pour l'instant le seul- candidat à la présidentielle à se montrer sur le plateau de Touche pas à mon poste a beaucoup d'appartements. Six en tout, tous à Paris, dont un qui est en réalité "une boutique en mauvais état". Il faut ajouter à cela une maison dans l'Essonne.

Marine Le Pen, une réévaluation de son patrimoine

La présidente du Front national n'a ni voiture, ni objet de valeur. En revanche, sa déclaration de patrimoine montre qu'elle a contracté deux prêts pour financer sa campagne. Un premier, à hauteur de 2 millions d'euros, en août 2016. Et un second de 4 millions d'euros en décembre dernier. Les deux l'ont été auprès de Cotelec, le micro-parti de son père, Jean-Marie Le Pen.

Surtout, Marine Le Pen a réévalué la valeur de ses parts du manoir de Montretout, demeure familiale des Le Pen. Possédant 12,5% de la demeure après une donation de son père, la candidate frontiste avait estimé que cela valait 142.800 euros en 2012. Un chiffre contesté par la HATVP en 2015. Aujourd'hui, Marine Le Pen estime ses parts à 312.500 euros.

Emmanuel Macron, une belle avance sur droits d'auteur

Le fondateur d'En Marche! ne déclare ni maison, ni appartement. C'était déjà le cas en 2014, lorsqu'il était entré au gouvernement, sa résidence du Touquet étant au nom de sa femme. Il n'a pas non plus de voiture. En revanche, il a touché une belle avance sur les droits d'auteur de son livre, Révolution : plus de 274.000 euros. 

Philippe Poutou, une Peugeot et puis c'est tout

La déclaration de patrimoine de Philippe Poutou est très facile à lire : le leader du NPA n'a rien. Ni bien immobilier, ni part dans une quelconque société. Pas d'emprunt non plus, pas d'objets de valeur. Rien, si ce n'est une Peugeot 3008 achetée 20.000 euros en 2012, et qui n'en vaudrait plus qu'à peu près 9.000 aujourd'hui. Et, bien sûr, quelques comptes bancaires dont la valeur totale est légèrement supérieure à 22.600 euros.

Nathalie Arthaud, moins de 9.000 euros

La candidate de Lutte ouvrière possède moins de 9.000 euros en cumulant son compte courant, son livre A, un CEL et un compte joint. À part ça, un appartement acheté à crédit qu'elle continue de rembourser et une Citroën C3 achetée il y a dix ans.

Benoît Hamon, un compte à l'étranger mais...

...Rien à voir avec un compte en Suisse ou au Panama cependant, il s'agit du fonds de retraite volontaire des députés européens, localisé à Bruxelles. Benoît Hamon a en effet été eurodéputé entre 2004 et 2009. À part ce détail, le candidat socialiste déclare deux emprunts immobiliers, une vieille Opel Corsa, deux appartements et huit comptes bancaires. Dont trois sur lesquels il est à découvert d'une trentaine d'euros.

Jacques Cheminade, grand fan d'art pré-colombien

Contraint de déclarer les biens mobiliers divers lorsque leur valeur est supérieure à 10.000 euros, Jacques Cheminade dévoile donc qu'il possède une "collection d'objets préhistoriques et précolombiens". Des œuvres d'art estimées à 18.000 euros.

Jean-Luc Mélenchon, un patrimoine de près d'un million d'euros 

Le leader de la France Insoumise avait pris les devants, étalant son patrimoine dans un billet de blog pour le moins piquant, mercredi, plus tôt dans la journée. Propriétaire d'un appartement et d'une maison, Jean-Luc Mélenchon y évalue son patrimoine net à 965.000 euros. "Au total, je suis assez nanti pour rassurer les petits bourgeois et pas assez pour indigner mes voisins du kebab", résume-t-il non sans humour.

Jean Lassalle, deux emprunts et deux voitures

Rien de très saillant dans la déclaration de patrimoine du député des Pyrénées-Atlantiques, seul des onze candidats néanmoins à posséder une terre agricole. L'élu a contracté deux prêts l'année dernière, en août et en septembre, dont un auprès de l'Assemblée nationale, à des fins de "consolidation de trésorerie". Il possède également deux véhicules, une Citroën C6 et une Fiat Doblo cargo.

François Asselineau parle parfois encore en francs

Le président de l'UPR est farouchement opposé à l'euro, dont il veut sortir le plus vite possible. Preuve de sa détestation de la monnaie unique, il a décidé de déclarer en francs tous ses achats immobiliers réalisés avant l'arrivée de l'euro. On apprend ainsi que son appartement principal lui a coûté 3 millions de francs, tandis qu'il a dû débourser 540.000 francs pour sa maison "en mauvais état, extérieur et intérieur". La valeur actuelle est toutefois donnée en euros. Le candidat est aussi propriétaire de deux appartements en Polynésie française. 

Par ailleurs, lui aussi doit faire hurler son banquier. Si son livre de développement durable et son livret BPE sont dans le vert (avec respectivement 12,59 et 20 euros dessus), ses deux comptes courant sont dans le rouge, avec des découverts de plusieurs milliers d'euros à chaque fois.