Présidentielle : ce que disent les derniers sondages avant le second tour

  • A
  • A
Partagez sur :

Les dernières enquêtes disponibles, réalisées après le débat télévisé qui a opposé les deux finalistes, donnent Emmanuel Macron largement en tête.

SONDAGE

Rien ne change, ou presque, depuis le soir du premier tour. Les sondages ont beau se multiplier, tous prédisent la victoire d'Emmanuel Macron, dimanche, au second tour de la présidentielle. Alors qu'il sera interdit de diffuser de nouvelles tendances à partir de vendredi minuit jusqu'à dimanche 20 heures, les dernières enquêtes disponibles donnent le candidat d'En Marche ! gagnant avec 61,5% à 62% des voix, contre 38 à 38,5% à son adversaire du Front national Marine Le Pen.

Chez Ipsos, Macron monte, la participation baisse 

D'après le sondage d'Ipsos Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France diffusé mercredi, Emmanuel Macron, crédité de 61,5% des intentions de vote, progresse de 2,5 points par rapport à la précédente enquête de cet institut réalisée les 30 avril et 1er mai. Marine Le Pen recule de 2,5 points, à 38,5%. L'indice de participation se situe à 76%, ce qui serait inférieur aux 78% du premier tour. 84% des personnes interrogées et sûres d'aller voter affirment que leur choix est définitif, 16% disent pouvoir encore changer d'avis.

Enquête réalisée en ligne auprès de 2.632 personnes inscrites sur les listes électorales, dont 1.605 certaines d'aller voter et exprimant une intention de vote, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 0,7 à 2,5 points.

Macron grimpe aussi chez Elabe

D'après la dernière enquête réalisée pour BFMTV et L'Express, Emmanuel Macron serait élu avec 62% des voix contre 38% à Marine Le Pen. Le candidat d'En Marche ! gagne trois points par rapport à la précédente enquête de cet institut réalisée du 28 avril au 2 mai. 68% des personnes interrogées se disent certaines d'aller voter.

Les électeurs de François Fillon voteraient à 45% pour l'ex-ministre de l'Économie et à 32% pour Marine Le Pen (23% n'expriment pas d'intention de vote). Ceux de Jean-Luc Mélenchon choisiraient à 54% Emmanuel Macron et à 14% sa rivale (32% non exprimés). 72% des électeurs de Benoît Hamon voteraient Macron et 7% Le Pen (21% non exprimés).

Enquête réalisée en ligne auprès de 1.009 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,6 à 3,7 points.

Pour Odoxa, Marine Le Pen pâtit du report de voix

Le sondage Odoxa pour Dentsu-Consulting et Le Point donne Emmanuel Macron favori avec 62% des intentions de vote, en progression de trois points sur une semaine. Marine Le Pen perd trois points à 38%. Contrairement à la candidate frontiste, le leader d'En Marche ! bénéficie surtout du report des voix du premier tour : 54% des électeurs de François Fillon, 47% de ceux de Jean-Luc Mélenchon et 81% des électeurs de Benoît Hamon voteraient pour lui dimanche. 21% des électeurs de François Fillon, 14% de ceux de Jean-Luc Mélenchon, 2% de ceux de Benoît Hamon choisiraient Marine Le Pen.

Enquête réalisée en ligne auprès de 959 personnes inscrites sur les listes électorales, dont 809 sûres d'aller voter, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,5 à 3,5 points.


Selon Harris Interactive, les mélenchonistes plutôt Macron que ni-ni

À en croire le sondage réalisé pour LCP du 2 au 5 mai, soit avant et après le débat télévisé, Emmanuel Macron serait élu avec 62% des voix, gagnant un point après le face-à-face de mercredi. Marine Le Pen perd un point, créditée de 38% d'intentions de vote.

Les électeurs de François Fillon se reporteraient à 44% sur Emmanuel Macron, 26% sur Marine Le Pen (30% d'abstention, blancs ou nuls). Ceux qui ont choisi Jean-Luc Mélenchon au premier tour voteraient Macron à 46%, Le Pen à 13% (41% d'abstention, blancs ou nuls). L'électorat de Benoît Hamon se reporterait à 73% sur Macron, 7% sur Le Pen (20% d'abstention, blancs ou nuls).

Enquête réalisée en ligne, selon la méthode des quotas, avant le débat du 3 mai auprès de 2.349 personnes inscrites sur les listes électorales, et après le débat auprès de 2.270 personnes inscrites sur les listes électorales. Marge d'erreur de 1 à 2,3 points.

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.