Jean-Christophe Cambadélis : "François Hollande va être obligé de s'exprimer" avant la présidentielle

  • A
  • A
Jean-Christophe Cambadélis : "François Hollande va être obligé de s'exprimer" avant la présidentielle
Jean-Christophe Cambadélis était l'invité du "Club de la presse" mercredi.@ EUROPE 1
Partagez sur :

Sur Europe 1, le premier secrétaire du Parti socialiste a estimé que François Hollande allait devoir "s’exprimer" publiquement, jugeant que "la présidentielle part dans tous les sens".

INTERVIEW

"La présidentielle est introuvable". C’est le constat dressé mercredi sur Europe 1 par Jean-Christophe Cambadélis, qui s’inquiète d’une possible victoire de Marine Le Pen en avril-mai prochain. "François Hollande va être obligé de s’exprimer", estime le premier secrétaire du Parti socialiste.

"Attention à Marine Le Pen". "On est tous emportés dans une logique politique qui conduit à Marine le Pen", observe Jean-Christophe Cambadélis dans le Club de la presse. "J'avais pronostiqué que le Brexit allait l'emporter, que Trump allait l'emporter. Attention à Marine Le Pen", avertit-il. "C’est la situation qui mène à ça. C’est pour cela qu’il faut vite solder l’affaire Fillon pour revenir aux problèmes des Français."

Entendu sur Europe 1
Il faut vite solder l’affaire Fillon pour revenir aux problèmes des Français.

"Le PS n'est pas un moulin à vent". Selon une étude réalisée par Opinionway et publiée mercredi, la candidate du Front national arriverait au second tour face à Emmanuel Macron. Pour le patron du PS, le fondateur d'En Marche ! n’est pourtant pas "le seul" à pouvoir l’emporter face à la frontiste. "Vous ne trouvez pas qu'Emmanuel Macron ressemblerait beaucoup à Hillary Clinton ?", interroge-t-il, confirmant par ailleurs que les élus de son parti qui parraineraient la candidature d'Emmanuel Macron seraient exclus du PS. "Je serai intraitable. Le Parti socialiste n’est pas une caserne, mais ce n’est pas non plus un moulin à vent", lance le successeur de Harlem Désir à la tête du parti.

Entendu sur Europe 1
Vous ne trouvez pas qu'Emmanuel Macron ressemblerait beaucoup à Hillary Clinton ?

"Une présidentielle (...) qui part dans tous les sens". Un soutien de François Hollande à son ancien ministre de l’Économie n’est d’ailleurs toujours pas exclu, car le chef de l’État, s’il a rencontré Benoît Hamon jeudi dernier, ne s’est toujours pas exprimé clairement sur ses intentions. "Il ne peut rien dire à cette étape, mais je pense qu’il va intervenir. Vu la situation politique évolue, il va être obligé de s’exprimer. Je lui ai dit", assure Jean-Christophe Cambadélis. "Le problème, c’est quand-est-ce qu’il parle ? Parce qu’aujourd’hui, c’est une présidentielle qui est introuvable, qui part dans tous les sens."

"Je n'ai qu'une option : l'option Hamon". Le premier secrétaire du PS, lui, a été extrêmement clair : "Je n’ai qu’une option : c’est l’option Hamon", le "plus à même de combattre Marine Le Pen". "Mais faire passer ça dans l’opinion aujourd’hui, c’est très difficile", avoue-t-il.