Après les législatives, le FN contraint de se serrer la ceinture

  • A
  • A
Après les législatives, le FN contraint de se serrer la ceinture
Pour faire des économies, des suppressions de postes commencent à être envisagées au FN.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Avec 600.000 voix de moins par rapport aux législatives de 2012, le Front national se voit obligé de lancer un grand plan d'économie.

Le Front National va devoir se serrer la ceinture. Après des élections législatives décevantes, le parti va devoir lancer un plan d’économies de l'ordre d'un demi-million d’euros par an. La patronne du FN doit revoir ses ambitions à la baisse.

Un budget annuel à la baisse.Marine Le Pen rêvait d’installer le siège du FN au cœur de Paris grâce aux pactoles des législatives, mais c’est raté. Le parti va rester encore un peu dans ses tristes locaux de Nanterre, avant de déménager, sans doute, près du périphérique car le FN a perdu 600.000 voix par rapport aux législatives de 2012, ce qui va amputer son budget annuel de 10%.

Un appel à l'aide. Des suppressions de postes commencent à être envisagées. Il n’y aura pas d’université d’été avec les militants, pas non plus d’opération nationale sur les plages. L’heure est aux économies et à la recherche de liquidités. Des dizaines de prestataires attendent encore d’être payés, alors sur Internet, la présidente bat le rappel. "Nous sommes (...) engagés dans une course contre la montre, que nous ne pourrons gagner qu'avec votre concours", déclare-t-elle à l'adresse des militants dans une vidéo postée sur la chaîne Youtube du parti.

Des dîners privés avec les gros donateurs. Avant le 18 août, le FN doit trouver plusieurs millions d’euros pour rembourser la campagne des législatives. Aucune banque française ne joue le jeu. Alors, Marine Le Pen est prête à offrir des dîners privés, en tête à tête, aux militants qui avanceront plus de 75.000 euros.