Orsay : un purificateur d'air pour aspirer et stocker les particules fines

  • A
  • A
Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Orsay : une dépollution de l’air intérieur par le plasma

Air Serenity pourrait révolutionner la purification d’air.Dix fois plus sensible aux polluants. 50 fois moins gourmande en énergie. Une vraie technologie de rupture mise point sur le plateau de Saclay, à Orsay dans l’Essonne (91).

Il faut le savoir, la plupart des purificateurs d’air fonctionnent comme des carafes filtrantes. Les polluants s’accumulent dans le filtre mais ne sont jamais détruits. Air Serenity, lui, a breveté une technique utilisant du plasma pour exterminer les bactéries, les virus, les particules fines, et même les composants chimiques les plus volatils… Ceux généralement oubliés par les concurrents.

On le rappelle, nous passons 80 % de notre temps dans des espaces clos où la pollution est cinq à vingt fois supérieure à celle de l’extérieur, à cause d’une aération suffisante.

Le purificateur d’Air Serenity ne sera commercialisé que l’année prochaine. Il sera cher, 1000 €, de quoi se demander s’il n’est pas plus intéressant de simplement aérer. Mais ce n’est pas toujours possible. En hiver, il fait froid, il pleut. Au printemps, il y a les pollens, du vent, du bruit. Sans oublier les pièces sans fenêtres ou sans aération.

A terme, d’ailleurs, cette technologie plasma pourra être intégrée aux climatisations et à des ventilations existantes comme les VMC.

Air Serenity est plutôt confiant. Son premier prototype vient de sortir après 3 ans de R&D. Le CV de son fondateur, Joseph Youssef, est plutôt éloquent. Il est docteur en physique Chimie, il a travaillé dans la purification d’air chez Renault. Le Laboratoire de Physique des Plasmas de l’école polytechnique est partenaire de la société. Air Liquide les a incubés… Bref, si ça ne marche pas, beaucoup de gens se seront lourdement trompés.

Pour plus d'informations, cliquez ici