La Redoute a réussi sa transition vers le commerce en ligne

  • A
  • A
Made in France est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Ce matin, une vieille dame qui retrouve une nouvelle jeunesse : il s’agit La Redoute.

Qui ne connait pas La Redoute et son énorme catalogue de 1.500 pages. Un pionnier de la vente par correspondance (VPC) créé en 1837 à Roubaix, dans les Hauts-de-France. La Redoute, c’était un fleuron du groupe PPR (Pinault-Printemps-La Redoute). Mais l’arrivée d’Internet et d’Amazon, Vente-Privée et consort, les a complètement mis à genoux. Résultat : en 2014, ils se retrouvent au bord de la faillite, revendus 1€ symbolique à leurs dirigeants.

Et aujourd’hui, c’est la résurrection apparemment…

Pas grand monde y croyait. Transformer une vieille dame de la VPC en petite jeunette du commerce électronique. Et pourtant, ça marche. La société est de nouveau en croissance (ce n’était pas arrivé depuis huit ans). Elle devrait même revenir à l’équilibre dès l’année prochaine, après avoir cumulé plus de 300 millions d’euros de pertes.

Comment elle a fait ?

Elle a énormément investi en logistique et sur Internet pour se mettre au niveau des meilleurs. Puis, elle s’est recentrée sur le prêt-à-porter et la maison avec un positionnement haut de gamme. Donc c’est un beau retour pour une marque très appréciée des Français. 

D’ailleurs, vous savez pourquoi ils s’appellent La Redoute ? Tout simplement parce qu’ils ont été créés rue de La Redoute à Roubaix. A l’époque, c’était une filature qui vendait des pelotes de laine.