Grenoble : des téléphériques urbains pour concurrencer le tramway et le métro

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Made in France est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Anicet Mbida nous présente chaque matin les plus belles inventions françaises.

Isère : des téléphériques urbains pour concurrencer le tramway et le métro

La grande roue de Londres, celle de Las Vegas, le téléphérique de Medellin en Colombie, les navettes du parc de Shenzen en Chine… Tous ces ouvrages ont été réalisés par Poma. Une PME française méconnue, installée depuis 1947 dans la banlieue de Grenoble, en Isère. L'entreprise est aujourd’hui spécialiste des téléphériques, des cabines et du transport par câble en général. Mais elle a commencé par les tire-fesses. D’ailleurs aux Etats-Unis, on les appelle les "Poma Lifts", les ascenseurs Poma. C’est dire l’impact de sa technologie. Elle lui a permis de se diversifier et d’accumuler un tel savoir-faire que les villes du monde entier lui confient désormais leurs structures les plus complexes.

Poma a, par exemple, été missionné pour construire la plus haute tour ascensionnelle du monde. Imaginez un pilonne de 160 mètres de haut, avec un bagel géant, transparent, qui monte et qui descend tout du long… avec 200 personnes à l’intérieur. Ce sera la prochaine attraction de la ville de Brighton en Angleterre : une tour high-tech où l’on pourra observer la côte et faire la fête. Baptisé i360, la structure ouvrira en juin 2016, et l’énorme Bagel sera fabriqué dans le nord de l’Isère.

Poma n’a pourtant rien réalisé d’aussi impressionnant dans l’Hexagone. En France, ses installations restent circonscrites aux stations de ski. Exemple : l’énorme téléphérique qui relie les Arcs et à La Plagne, le fameux Vanoise Express. Il peut emmener 200 personnes, la plus grande capacité au monde, une réalisation Poma. L’entreprise aimeraient maintenant décliner cette technologie à l’horizontal, en ville, pour concurrencer le métro et le tramway. Elle travaille sur des projets dans plusieurs villes, dont un dans Paris, pour relier les gares de Lyon et d’Austerlitz en moins de 2 min en enjambant la seine. Un téléphérique urbain qui pourrait bien changer le visage de nos villes.