Vers une motion de censure de la gauche et les batteries électriques de Bolloré : les experts d'Europe 1 vous informent

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Antonin André et Axel de Tarlé font le point sur l'actualité du jour.

Antonin André, expert politique

La loi El Khomri, cette loi travail qui empoisonne la vie du gouvernement, le président sur Europe 1 a dit hier matin "elle passera". Pas si sûr.. D'après Antonin André, c’est loin d’être fini et ça pourrait même se terminer très mal pour le gouvernement.
 
La censure ! Une censure de gauche… C’est passé près la semaine dernière avec 56 députés signataires, il en manquait seulement deux pour que les frondeurs déposent leur motion de censure.
Que s’est-il passé ? précipitation et désorganisation. "On s’est réveillé trop tard" analyse un frondeur. Au sein même du groupe PS, quelques députés étaient proches de basculer. Il a manqué d’un peu de temps pour les convaincre.
Henri Emmanuelli a hésité jusqu’au bout. Tous les radicaux de gauche n’ont pas été sollicités. Bref ça échoué, mais d’un cheveu !
Mais ça c’était le match aller, il y aura un match retour, début juillet lors de la seconde lecture. Ça laisse du temps pour s’organiser mais les frondeurs ont fait leur compte : face au 49.3 du gouvernement, il y a aujourd’hui suffisamment de forces pour une motion de censure de gauche.
 
Et la droite ? Elle la voterait cette motion de censure ? Le gouvernement peut tomber ?
 
Oui ! En tous cas, elle ne ferme pas la porte. C’est encore un élément nouveau, hier en réunion de groupe les députés les Républicains n’ont pas écarté l’idée de voter une censure de gauche. "On attend de voir si la motion est déposée pour se prononcer" voilà la position des républicains. "Chiche !" lance en quelque sorte la droite aux Frondeurs. La droite et les Frondeurs, c'est un scénario cauchemardesque mais qui peut très bien se réaliser en deuxième lecture. Dans ce cas bien sûr, le gouvernement tombera et la loi elle, Monsieur le président ne passera pas.
 
On est vraiment dans le scénario du pire, inédit même, d’élus de gauche faisant tomber un gouvernement de gauche. Que cherchent les frondeurs ?

Dissuader coûte que coûte le président de se représenter. Saper définitivement ses chances et torpiller son opération reconquête. Le calendrier est parfait pour mettre en œuvre leur plan : on laisse passer juin c’est l’Euro en France, moment de liesse et de concorde derrière les Bleus. Début juillet, juste avant la traditionnelle interview du président, le retour de la guérilla parlementaire avec la menace bien réelle cette fois pour François Hollande de sa mise en échec par sa propre majorité.


Axel de Tarlé, expert économie

Vincent Bolloré serait-il en passe de gagner son pari avec sa batterie électrique ?
Elle équipe la toute nouvelle Méhari électrique de Citroën qui sort en ce moment tandis que d'autres constructeurs sont déjà sur les rangs.

Citroën sort en ce moment sa nouvelle Méhari électrique. Son prix de vente est de 16.000 euros en comptant les aides.
La particularité de cette voiture electrique, c'est qu'elle est équipée de batteries made in France, les batteries "Bollorés", qui sont fabriquées en Bretagne à Ergué-Gabéric. Contrairement aux autres voitures électriques qui sont équipées de batterie "lithium ion", fabriquées en Asie.
Vincent Bolloré serait en passe de signer avec un Grand Constructeur International mais pour le moment aucune autre information n'a filtrée.

Qu'ont-elles de différent les batteries "Bolloré" ?

Ce n'est pas la même technologie, la batterie "Bolloré" est une batterie sèche qui ne chauffe pas.
Alors que la technologie "lithium ion" est une technologie liquide qui chauffe beaucoup et qui nécessite donc un système de refroidissement ce qui réduit son autonomie.
La Bluecar de Vincent Bolloré affiche une autonomie de 200 kilomètres en condition réelle de conduite soit quasiment le double de ses concurrentes.

Pour être honnête, la batterie "Bolloré" a un inconvénient. Elle se décharge toute seule et vous êtes obligés de laisser en permanence brancher votre voiture sur une prise sinon, les batteries sont à plat.
Or chez Bolloré, il se dit que ce problème serait en passe d'être résolu.

On va voir maintenant quel est ce constructeur international qui lui aussi se rallie aux batteries "Bollorés".

Tant mieux, parce que vous savez que la batterie, c'est la Graal du XXeme siècle.
Être capable de stocker l'électricité, c'est la clé pour développer les énergies propres comme le solaire ou l'éolien qui sont imprévisibles et intermittentes.
C'est donc réconfortant de voir que la France est à l'avant garde de ces technologies avec Vincent Bolloré et sa batterie sèche mais aussi le pétrolier Total qui vient de racheter les batteries françaises Saft.