Les promoteurs immobiliers en guerre contre les "caprices" des maires

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Les maires ont parfois des exigences farfelues  en matière d'immobilier, ce qui renchérit considérablement le prix des logements.

Axel de Tarlé, expert Economie

Ce sont les Maires qui délivrent les permis de construire. Donc, ils sont en position de force vis à vis des promoteurs pour faire part de leur souhait. Et certaines requêtes peuvent surprendre. Par exemple, tel maire va demander que dans tous les appartements de plus de trois pièces, que les toilettes soient séparées. Un maire qui a probablement la phobie des toilettes dans la salle de bain.

Un autre va exiger des caves. Un troisième  - ami des bêtes - va demander des nichoirs pour les oiseaux. Un éclairage naturel, dans les parties communes aussi. Bien sûr, ce sont des cas particuliers rapportés par le journal le Monde.

Il y a même des exigences sont carrément illégales. Comme par exemple, exiger qu'une partie des appartements soit réservée en priorité aux habitants de la ville. Certains maires vous sortent même une liste d'acheteurs prioritaires. On est en plein clientélisme.

Le problème, c'est qu'aucun promoteur n'ose protester de peur de se retrouver blacklisté. C'est donc la Fédération nationale des promoteurs immobiliers qui monte au créneau pour dénoncer ces exigences qui sont toujours présentée de façon positive. On va parler de "Charte pour la qualité et l'environnement" que vous devez signer. Le problème, c'est que ces exigences ont un coût et peuvent renchérir de 20 % le coût des logements pour les acheteurs ce qui bien sûr, pèse sur le pouvoir d'achat.