14-juillet à l'Elysée : feu d'artifice ou pétard mouillé ?

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Antonin André, Emmanuel Duteil, Jeanne Daudet et Guillaume Genton font le point sur l’actualité du jour et vous livrent leurs indiscrétions.

Antonin André, expert Politique

La traditionnelle interview présidentielle du 14 juillet.

Du grand classique, ce serait le plus positif et le plus favorable à François Hollande selon vous ?

14 juillet 2016 là pour le coup ça va vraiment mieux :  deux sondages consécutifs à la hausse ! Du jamais vu depuis des mois. François Hollande prend 7 points dans le baromètre IFOP pour Paris Match à 28% de bonnes opinions, il en avait repris 2 la semaine dernière. La Loi Travail est passée, l’euro a été un grand succès populaire, le visage d’Antoine Griezmann a remplacé celui de Philippe Martinez dans la mésosphère. Les perspectives de croissance sont bonnes, au point que le président a des baisses d’impôts à annoncer et même l’idée de relancer le chantier d’un revenu universel. Bref, tout va bien sur le papier, ce 14 juillet est un feu d’artifices d’ondes positives pour François Hollande. Oui, sur le papier mais voilà les deux enfants terribles, Emmanuel Macron et Manuel Valls se bagarrent sous les yeux des Français et vont à eux-seuls gâcher le dernier 14 juillet du quinquennat.

Manuel Valls a violemment attaqué Emmanuel Macron en l’accusant de céder "aux sirènes du populisme." On a vraiment l’impression que ces deux-là ne se supportent plus et que le cas Macron est en train de tout emporter. Est-ce que le président peut continuer à laisser faire ? 

En tous cas, si la question est : le Président va-t-il dire tout à l’heure, "j’ai décidé de demander à Emmanuel Macron de choisir, rester et rentrer dans le rang ou partir", la réponse est non il ne le fera pas. S’il le vire, il légitime sa candidature à la présidentielle. Il affranchit Macron, lui donne toute liberté. A l’inverse en le gardant près de lui il le contraint, un ministre ne peut se déclarer candidat à la présidentielle.

Le problème c’est qu’Emmanuel Macron  a des fourmis dans les jambes. "On l’a perdu" confie  un ministre... Résultat : son petit numéro à la mutualité deux jours avant le 14 juillet apparaît comme un défi à l’autorité du président de la République. Imaginez si à la rentrée, et il en a l’intention, Emmanuel Macron continue de critiquer à longueur de meeting le bilan du gouvernement et de vilipender le système. Donc non le Président ne pourra pas laisser faire    

Oui mais en même temps vous nous expliquez qu’Il est coincé, n'est-ce pas ?

Il ne peut pas virer Macron, il ne peut pas le laisser faire. François Hollande a une seule solution : se déclarer candidat à un second mandat. Pas aujourd’hui jour de fête nationale, mais à la fin de l’été, en septembre. Sans attendre la fin de l’année. Si François Hollande se présente, il bloque Emmanuel Macron. A moins, pour reprendre l’expression du ministre, qu’on l’ait tout à fait perdu et qu’il s’en aille avec ses marcheurs pour défier dans une primaire celui qu’il a servi près de 5 an.


Emmanuel Duteil, expert Economie

La baisse probable du taux du livret A.

Depuis hier on sait que le taux du livret A devrait baisser mathématiquement s'il on suit l'inflation.

Donc vous avez la réponse !?

Je vais faire un pari, ça ne vas pas bouger. En pleine année électorale, le gouvernement ne va pas baisser la rémunération du livret A car à chaque fois les épargnants ont l'impression de perdre du pouvoir d'achat et retirent leur argent. Du coup on a jamais laissé autant d'argent dormir sur notre compte courant qu'en ce moment ! ça peu paraître fou mais c'est la vérité. C'est vraiment la raison pour laquelle le gouvernement devrait maintenir artificiellement le taux du livret A. Surtout que depuis quelques mois ce placement reprend quelques couleurs. Après les étudiants et les mineurs ce sont les chômeurs et les inactifs qui ouvrent le plus de livret A, un placement donc très populaire.

On a bien entendu votre pari, la décision c'est pour quand ?

D'ici la semaine prochaine.

Ce serait une bonne nouvelle pour tout le monde ?

Non, ce serait une bonne nouvelle pour nous les épargnants. Contrairement à ce qu'on pense, le livret A n'a jamais autant rapporté qu'aujourd'hui. Alors là je suis sûr que de nombreux auditeurs pensent que je suis "un grand malade, le livret A ne rapporte rien." Mais non, c'est la première fois qu'il y a autant d'écart entre l'inflation et le taux du livret A, donc il y a véritablement un gain net quand vous mettez de l'argent sur ce placement. Par contre c'est une véritable mauvaise nouvelle pour le logement social, car ce placement permet de financer des HLM. Or aujourd'hui cela coûte moins cher aux constructeurs de ces logements d'emprunter à la banque que de recourir à ce fond ! On ne peut donc pas se réjouir de ça, mais la décision politique devrait l'emporter sur le réalisme économique.


Jeanne Daudet, experte Actualité régionale

Ticket gagnant et cœur sur la main.

Aujourd'hui direction l'Auvergne, la Montagne nous raconte ce matin l'histoire d'un habitant du Puy-de-Dôme qul vient de gagner 40 millions d'euros au loto et a décidé d'être très généreux.
 
 Avec ses 39.675.953 euros de gains, ce monsieur pourrait acheter 1047 lingots d'or, un falcon, 9000 Rolex, oui bien s'offrir autant d'iPhone 6S qu'il y a d'habitant à Montauban... soit un peu plus de 50.000 ! Bref ... Il a de quoi se faire plaisir. Mais non, ce père de famille a décidé de partager son gain avec les personnes seules et démunies. Alors même s'il prévoit de réaliser quelques projets personnels ou des voyages à l'étranger. Il souhaite également consacrer plusieurs millions d'euros à des projets associatifs. Une jolie façon de conclure cette histoire déjà touchante au départ.

L'homme n'est pas un joueur compulsif du loto. Avec sa famille ils tentent leur chance seulement au super-cagnottes. Quand les gains dépassent les 100 millions d'euros. Mais là, pour son anniversaire une envie de rêver le prend. Dans la commune d'Enval, il se rend chez un buraliste miser 2,50 €. Comme il n'a pas de numéro fétiche, il opte pour un ticket flash et laisse le sort décider pour lui, soit 1 chance sur 119 millions ! "J'ai eu de la chance et je veux en faire profiter les autres" a-t-il déclaré sobrement en allant chercher son chèque. De quoi clouer le bec à ceux qui ose dire que les auvergnats sont radins.