Le mot du jour : Coluche

  • A
  • A
La revue des éditos est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Chaque matin, Natacha Polony nous présente les différents éditos qui font la Une de la presse.

Le mot du jour : Coluche

"Même si l'émission d'hier soir ne restera pas gravée dans les mémoires, admet Paul-Henri du Limbert dans le Figaro, la droite s'est finalement assez bien sortie de cette figure désormais imposée que constituent les débats d'une primaire présidentielle". Ouf, mais pas plus. "Ce troisième débat aura accouché d'une souris" nous dit Christophe Bonnefoy dans le Journal de la Haute-Marne. "François Fillon, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, ont montré leur maîtrise des grands dossiers, reconnaît Bernard Stéphan dans la Montagne, en particulier ceux de la politique étrangère, acquis de leur long parcours aux affaires. Mais les Français les attendaient sur les questions domestiques, celles qui en général font l'élection présidentielle". Il est un sujet en particulier qui reste le grand oublié. Heureusement, nous dit Bertrand Meinnel dans le Courrier Picard, le Secours catholique s’est saisi de l’occasion, rappelant ainsi une évidence : "lutter contre la pauvreté et le chômage de longue durée, combattre la stigmatisation des plus pauvres, est essentiel au projet "d’une unité nationale"." "Coluche Président !" s’exclame Xavier Brouet dans le Républicain Lorrain comme pour réclamer autre chose que les discours convenus. "En 2015, nous dit-il, l’association a secouru 608500 personnes ou ménages". "Les candidats, pour Bernard Meinnel, se limitent à de vagues généralités en promettant de préserver "les plus faibles". Il y a en effet urgence à bouleverser un système qui s’essouffle depuis des années et n’use que de rustines pour maintenir une apparente paix sociale". Mais justement, "ils ont à peu près le même avis sur tout, tranche Jean-Louis Hervois dans la Charente libre. Ils gouvernaient ensemble. Ce qu'ils disent importe peu, seul compte ce qu'ils montrent d'eux. Lequel fait le plus président ?". Bonne question. Celui qui romprait avec ce système ? Visiblement, Coluche n’était pas là hier soir.

Les chroniques des jours précédents
Voir toutes les chroniques