Le mot du jour : fusée

  • A
  • A
La revue des éditos est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Chaque matin, Natacha Polony nous présente les différents éditos qui font la Une de la presse.

Le mot du jour : fusée

"Il veut se rapprocher des étoiles ! s’exclame Bertrand Meinnel dans le Courrier Picard. Thomas Pesquet, le nouvel astronaute français ? Non, Emmanuel Macron…". "La fusée Macron a finalement décollé, poursuit Laurent Bodin dans l’Alsace. Enfin, la fusée Macron, la fusée Macron, c’est vite dit. Pour l’instant, il s’agit plutôt d’un bus, à pot catalytique forcément, hybride sans doute, en ce sens qu’il est capable de rouler à gauche comme à droite. Emmanuel Macron se situe en effet à cet exact point de rupture fantasmagorique qu’en politique on appelle le "centre" et dont on n’a jamais pu prouver la force d’attraction sinon l’existence. C’est une terra largement incognita qui a englouti son lot d’explorateurs et son contingent d’ambitieux tout au long de l’histoire. Gloire éternelle à celui qui y plantera son drapeau". Ce que Bruno Mège, dans la Montagne traduit plus brutalement : "Le "révolutionnaire" Macron ne fait qu'investir sans le dire mais avec une certaine grandiloquence le terrain politique qui fut l'apanage de Bayrou, celui de la bonne grosse sagesse centriste résumable dans cette formule : "Y'a du bon à gauche, y'a du bon à droite ; le problème, c'est les partis incapables de s'entendre"." Alors évidemment, il y en a qui s’amusent à troubler un peu la fête du trouble-fête. L’Humanité par exemple. "Celle-ci, son armée de communicants ne l'avait pas vue venir, ironise Maud Vergnol. Alors qu'Emmanuel Macron déclarait sa candidature sous le feu des projecteurs, la société Megabus, créée à la suite de la loi qui porte son nom, annonçait le licenciement dans les prochaines semaines de 175 salariés. Cette première sortie de route du modèle Macron, pourtant vendu avec arrogance comme le nec plus ultra de la modernité, en dit long d’un projet qui s'apparente de plus en plus à de la vulgaire publicité mensongère". Allez, un petit pas pour l’humanité, un grand pas pour son ambition.  

Les chroniques des jours précédents
Voir toutes les chroniques