Donald Trump épinglé pour la gestion de sa fondation

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
En route pour la Maison-Blanche est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

Le candidat républicain est soupçonné de s'être offert des cadeaux avec l'argent de sa fondation, à laquelle il n'a pas versé un centime depuis huit ans.

Au tour de Donald Trump d’être soumis à la question de la transparence après des révélations sur ses soi-disant donations à des œuvres de charité… C’est un peu l’histoire de l’arroseur arrosé. Le milliardaire demandait à ce que la justice fouille les comptes de la fondation Clinton, l’organisation caritative de Bill et Hillary, mais c'est sa fondation à lui qui fait l’objet d’une enquête judiciaire. L'annonce a été faite mardi par le procureur général de New York.

Se faire des cadeaux avec les dons. "Nous soupçonnons la Fondation Trump d’irrégularités", a expliqué Eric Schneiderman. Quelles irrégularités ? Celles révélées notamment par un article du Washington Post et qui avance que Donald Trump aurait utilisé de l’argent de sa fondation non pas pour faire le bien autour de lui, mais pour se faire des cadeaux. 12.000 dollars (10.700 euros) par exemple, pour s’acheter un casque dédicacé d’un célèbre joueur de football américain.

Généreux avec l’argent des autres. Pire, selon le Washington Post, Trump a donné des fonds de sa fondation à une association politique proche de la procureur de Floride. Coïncidence, peu de temps après, la magistrate a renoncé à enquêter sur lui. Autre révélation, l’argent de la Fondation Trump ne vient pas de la poche du milliardaire. Il n’y a pas versé un dollar depuis huit ans et la fait financer par d’autres donateurs que lui. Trump serait donc généreux avec l’argent des autres.

"Il a eu le goût de ne pas prendre la version de trois mètres !". "Il faut demander des comptes à Trump comme on en demande à Clinton", explique-t-on chez les démocrates pour qui c'est même devenu un argument de campagne. Même Barack Obama l’a utilisé mardi soir lors de son meeting à Philadelphie. "Vous voulez qu’on parle de transparence ? Vous avez une candidate qui a publié ses avis d’imposition sur des dizaines d’années, l’autre candidat est le premier depuis des dizaines d’années à ne pas publier ses feuilles d’impôts… Vous avez une candidate dont la fondation a sauvé d’innombrables vies à travers le monde, l’autre candidat qui a pris de l’argent donné à sa fondation pour s’acheter une peinture de lui-même haute de deux mètres. Bon, il a eu le goût, au moins, de ne pas prendre la version de trois mètres !".

Et Obama, très en forme, en a aussi profité pour défendre son bilan. La mort de Ben Laden, le mieux de l’économie, bref… On dit merci qui ? "Thank you Obama". Oui, le président s’est remercié lui-même. Il répondait en réalité à la foule qui scandait "Merci Obama".

Théorie du complot. Sur un tout autre sujet, rappelez-vous que la dernière fois qu’on a vu Hillary Clinton, c’était dimanche, elle sortait de chez sa fille, à New York, tout sourire, pour montrer qu’elle allait mieux après son malaise, et bien en fait, ce n’était pas elle… non, c’était un sosie ! Les complotistes d’Internet en sont sûrs en tout cas. En gros plan sur les photos, il lui manque une fossette là, des rides ici et elle est plus maigre.

L'affaire a pris une telle ampleur que la "sosie officielle" d’Hillary Clinton, comme nous avons ici les sosies de Johnny, a dû se justifier. Theresa Barnwell a ainsi envoyé un tweet pour dire que ce jour-là, elle était à Los Angeles.