Trois PME françaises élaborent une voiture capable d'anticiper les risques de la route

  • A
  • A
Cette voiture du futur ralentirait automatiquement en cas de danger. (Photo d'illustration) 1:25
Cette voiture du futur ralentirait automatiquement en cas de danger. (Photo d'illustration) © AFP
Partagez sur :
Trois PME françaises spécialisées dans l'automobile du future et l'intelligence artificielle cherchent à développer un programme capable d'analyser la qualité des routes, les conditions de trafic et les comportements des conducteurs afin d’anticiper la conduite à adopter et prévenir ainsi les accidents de la route. 

On pourra peut-être à l’avenir prévenir les risques d'accident de la route grâce à l'intelligence artificielle. C'est en tout cas l'objectif d'un programme lancé en France, qui serait capable à terme d’analyser en temps réel la qualité des routes, les conditions de trafic et les comportements des conducteurs afin d’anticiper la conduite à adopter. Ce projet rassemble trois PME françaises : YoGoKo, spécialisée dans la communication de données entre les véhicules et l'infrastructure routière, Millagroup, qui fait circuler des navettes autonomes jusqu'à 50 km heure, et Nexyad, reconnue mondialement dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Un véhicule qui ralentit de lui-même en cas de danger

"On pourrait imaginer un véhicule qui ralentit automatiquement avant une priorité à droite ou une zone école par exemple. Ce qui n'empêche pas le conducteur de rester le conducteur. Pour l'instant, on ne parle pas de niveau d'autonomie complète, mais d'une assistance complète", explique Gérard Yahiaoui, le président de Nexyad, au micro d’Europe 1. Les trois entreprises ont pu croiser leurs expertises au sein du pôle de compétitivité NextMove, qui fédère les principaux acteurs de la mobilité et de l'industrie automobile.

Le système intègre aussi un volet juridique. Les données captées en temps réel permettent de prouver quel a été le niveau de prudence du véhicule et donc du conducteur, ce qui intéresse beaucoup les constructeurs, mais aussi les assureurs.

Europe 1
Par Aurélien Fleurot, édité par Laetitia Drevet