ÉDITO - Pourquoi l'intelligence artificielle est sexiste

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
La proportion d'hommes dans les métiers de l'informatique et de l'intelligence artificielle a des conséquences inattendues, jusque dans les algorithmes eux-mêmes…
EDITO

Alors que s’ouvre mercredi à Paris le Women’s Forum, pour renforcer la place des femmes dans la société, les nouvelles technologies semblent faire de la résistance ! Pour notre chroniqueur, Jean-Pierre Montanay, la forte concentration d'hommes dans les domaines de l'informatique explique le sexisme dont même les algorithmes peuvent faire preuve.

"Les chiffres respirent la testostérone : un informaticien sur trois seulement est une femme. Dans le secteur de l’intelligence artificielle, elles sont presque invisibles : plus de deux tiers des chercheurs sont masculins, et si l’on se penche sur les start-ups qui inventent le futur, là aussi c’est une insulte à la parité : moins d’une sur dix a pour patron... une patronne. Enfin, un chiffre réconfortant : 50 % des bacheliers scientifiques en France sont de jeunes femmes...

Et pourtant, ces têtes bien faites ne se retrouvent  pas dans les filières informatiques. Elles ne constituent que 15% des étudiants en informatique. Or,  il faut se souvenir que dans les années 1950 et 1960, les femmes représentent près de 40 % des effectifs dans l’informatique mais tout va basculer dans les années 1980. Le PC débarque à la maison en même temps que les jeux vidéo, l’ordinateur et le joystick sont les nouveaux totems du mâle dominant, il apparaît alors sous les traits peu flatteurs du geek. Seulement, les geek d’hier ont pris le train en marche de la programmation pour faire main basse sur les nouvelles technologies.

Le sexisme de l'intelligence artificielle

Conséquence : les algorithmes semblent avoir intégrés tous les stéréotypes de la société. Une femme en blouse blanche identifiée par l’intelligence artificielle donne une infirmière et un homme en blouse blanche ... un docteur ! Lorsqu’ Apple a mis au point son application Santé, personne ne s’est posé la question de savoir si les règles d’une femme pouvaient influencer son état de forme. Car oui, le programmateur était un homme.

Promouvoir les règles du codage dès le plus jeune âge chez les filles est signal encourageant pour renverser la tendance : les instituts de codage se féminisent grâce aux jeunes  startuppeuses soucieuses d’avoir la main sur les algorithmes. Imaginez une intelligence artificielle dépourvue de toute vision féminine, on n’échapperait pas au #balancetonrobot !"

Europe 1
Par Jean-Pierre Montanay