Brave, le navigateur Internet qui veut nous payer pour regarder des publicités

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Navigateur respectueux de la vie privée, Brave a développé une plateforme pour diffuser de la publicité en rémunérant les internautes qui choisissent de les regarder.

Et si, au lieu de subir les publicités sur Internet, nous étions payés à regarder celles que nous choisissons ? C'est l'idée étonnante de Brave, un navigateur américain respectueux de la vie privée. Il entend remplacer les publicités intrusives par une plateforme dédiée au visionnage volontaire de publicités pré-sélectionnés et dont 70% des revenus seraient reversés aux internautes.

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Lancé en 2016 par le co-fondateur de Mozilla Firefox, Brave n’est pas très connu en France mais il s’est fait un nom aux États-Unis en tant que navigateur Internet respectueux de la vie privée. Il bloque tous les dispositifs qui tracent nos activités sur Internet et collectent nos données personnelles. Depuis l’année dernière, il intègre même Qwant comme moteur de recherche par défaut. Surtout, Brave a la particularité de limiter les publicités envahissantes. Le navigateur intègre un bloqueur de publicités qui efface les espaces de pub jugés trop intrusifs, notamment les "pop-ups". Il n’y a pas "zéro pub" pour autant mais Brave choisit des pubs acceptables et les dispose à des endroits choisis sur les pages.

Gagner quelques euros par mois en regardant des pubs

Désormais, Brave a décidé d’aller encore plus loin. Pour compenser la suppression des pubs classiques, le navigateur a décidé de lancer sa propre plateforme de publicités et, c’est étonnant, de nous payer pour qu’on les regarde ! En fait, Brave envoie des notifications au moment où ce n’est pas trop intrusif (pas pendant que vous regardez une vidéo, par exemple). Si vous cliquez, vous êtes renvoyé vers une page qui vous propose de visionner une ou plusieurs publicités sélectionnées par Brave. Évidemment, vos données personnelles ne sont pas collectées lors du visionnage.

Untitled design

À la fin, vous recevez 70% des revenus générés par la publicité, sous forme de jetons (Brave conserve les 30% restants). Pour l’instant, ces jetons peuvent être utilisés pour faire des dons à ses sites d’information de prédilection ou ses créateurs favoris sur Youtube. Mais, à terme, Brave veut faire en sorte que les publicités regardées se transforment en bons d’achat, voire même en argent sonnant et trébuchant. On ne parle pas d’une fortune, quelques euros par mois au plus, mais c’est toujours ça de pris. Et les marques s'y retrouvent puisqu'elles sont sûres que leurs publicités sont bel et bien regardées.

Google s'adapte (un peu) à son époque

Ce modèle économique inédit ne va pas faire trembler Google mais il peut faire hésiter les internautes. Des navigateurs et des moteurs de recherche respectueux de la vie privée, il y en a plein, mais ils peinent à s’imposer et Google Chrome reste incontournable pour une immense majorité des internautes. Les rémunérer est peut-être un bon moyen de les convaincre d’opter pour un navigateur plus respectueux de leur vie privée.

Untitled design (2)

Mine de rien, la prise de conscience sur les données personnelles a poussé Google à s’améliorer. Le géant du web vient de mettre à jour son navigateur Google Chrome, notamment en rendant le mode "navigation privée" vraiment… privé. Jusqu’ici, ce mode (accessible avec le raccourci "ctrl+maj+n") qui permet de surfer incognito se contentait d’effacer automatiquement l’historique et les cookies. Mais ce n’était pas franchement privé puisque les sites que vous visitiez en "navigation privée" gardaient la trace de votre passage et savaient même que vous êtes passé "incognito". Désormais, ce ne sera plus le cas : le mode "navigation privée" de Chrome empêchera lui aussi les sites visités de savoir que vous êtes venu les voir.